LIMADA ?
LIMADA ?
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.
LIMADA ?

IESH: institut europeen des sciences humaines chateau chinon
 
AccueilRechercherS'enregistrerConnexion
Rechercher
 
 

Résultats par :
 
Rechercher Recherche avancée
Derniers sujets
» La campagne BDS s'active contre la participation d'Israël au Tour de France
Chartreux : Point-phone et embrouilles EmptyAujourd'hui à 7:51 par hud

» sira sira sira
Chartreux : Point-phone et embrouilles EmptyLun 31 Aoû - 4:19 par ali

» Ashoura entre deux extrêmes:
Chartreux : Point-phone et embrouilles EmptyVen 28 Aoû - 17:15 par hud

» les amis de l'IESH
Chartreux : Point-phone et embrouilles EmptyLun 20 Juil - 11:04 par ali

» tariq ramadan Rendez-vous mensuel
Chartreux : Point-phone et embrouilles EmptyMer 24 Juin - 15:21 par tijanni

» انت تريد وانا اريد والله يفعل ما يشاء وما يريد
Chartreux : Point-phone et embrouilles EmptyDim 7 Juin - 1:08 par hud

» Étudiez avec l'IESH de chez vous !
Chartreux : Point-phone et embrouilles EmptyMer 3 Juin - 15:07 par ali

» ٱلْمَلِكُnom divin
Chartreux : Point-phone et embrouilles EmptySam 30 Mai - 16:00 par ali

» الرحمان الرحيم
Chartreux : Point-phone et embrouilles EmptySam 30 Mai - 15:58 par ali

Navigation
 Portail
 Index
 Membres
 Profil
 FAQ
 Rechercher
Forum
Partenaires
Forum gratuit



Tchat Blablaland


-33%
Le deal à ne pas rater :
Echo Dot (3ème génération) – Enceinte connectée avec Alexa
39.99 € 59.99 €
Voir le deal
Le Deal du moment : -50%
– 50% sur les baskets Nike Air Max Dia
Voir le deal
60 €

 

 Chartreux : Point-phone et embrouilles

Aller en bas 
AuteurMessage
gaïtan
Invité



Chartreux : Point-phone et embrouilles Empty
MessageSujet: Chartreux : Point-phone et embrouilles   Chartreux : Point-phone et embrouilles EmptySam 20 Nov - 17:46

Chartreux : Point-phone et embrouilles





Laïla et Tarik, les responsables du Point-phone des Chartreux se défendent bec et ongles. Il est vrai qu'à la barre du tribunal correctionnel, leur situation est pour le moins délicate. Tarik, 41 ans, est d'abord poursuivi pour le recel d'une quinzaine de téléphones portables volés dont sept ont été découverts à son domicile. L'affaire a débuté quand les réquisitions téléphoniques menées après des vols de portables ont démontré que leurs nouveaux « possesseurs » avaient tous en commun de connaître le prévenu. Ils ont expliqué que l'appareil leur avait été prêté en attendant la réparation du leur ou donné en cadeau…


Recel de portables ?


Surtout, trois mineurs, précisément interpellés pour des vols de téléphone, ont confié aux policiers qu'ils revendaient systématiquement leur marchandise volée au patron du Point-phone des Chartreux. Celui-ci nie catégoriquement : « J'ai trois enfants, une situation professionnelle stable ». « Ces jeunes nous en veulent parce que je suis carrée et que je les mets dehors dès qu'ils arrivent », surenchérit Laïla, son épouse.
Les enquêteurs se sont intéressés de plus près à leur société pour découvrir qu'elle n'était inscrite nulle part dans l'Aube, à aucun registre et auprès d'aucun organisme social : « J'avais une société immatriculée à Paris, j'étais convaincue d'être dans la légalité ».
En outre, il est reproché à Tarik, - un professionnel de la réparation des téléphones et des ordinateurs - d'avoir non seulement travaillé pour l'activité implantée au 46 rue

Gustave-Masson, mais d'être le gérant de fait de la société, effectivement immatriculée à Paris, au nom son épouse. Et pour cause selon le parquet : le prévenu a fait l'objet, en 1999, d'une interdiction de gérer pour vingt ans. « Quelle formation aviez-vous pour gérer cette société ? », demande le président Romain Leblanc à Laïla : « Pour encaisser le montant des communications qui étaient passées depuis mes six cabines, et qui s'élevaient à une moyenne de 18 ou 20 centimes, je ne considère pas qu'il y ait besoin d'une grosse formation », rétorque-t-elle.


Prison ferme requise


« Je ne poserai pas davantage de questions parce qu'ils déclarent tout et n'importe quoi. La société immatriculée à Paris ne fait aucune allusion à un établissement secondaire à Troyes », s'est insurgé Mathieu Bertola, substitut du procureur. Selon lui, Tarik a reconnu en garde à vue avoir tenu la boutique : « Il a fait du commerce par habitude enfreignant l'interdit du tribunal de commerce ». Contre lui, le représentant du ministère public a requis six mois de prison dont trois ferme et 500 € d'amende.
Contre Laïla, il a requis six mois de prison avec sursis. Me Manuel Colomès, avocat de la défense, a plaidé la relaxe : « Ceux qui ont raconté leur avoir vendu des téléphones volés ne sont que des repris de justice ». Si l'avocat reconnaît la présence au domicile de ses clients de sept téléphones volés, il nie tout élément intentionnel. Il conteste également la gestion de fait reprochée à Tarik ainsi que l'infraction d'activité dissimulée reprochée à son épouse. Le jugement est en délibéré au 24

novembre.

Revenir en haut Aller en bas
 
Chartreux : Point-phone et embrouilles
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LIMADA ? :: liberté d 'expression ...la parole est à vous .-
Sauter vers: