LIMADA ?
LIMADA ?

le Cheikh Moussa annonce l' Ouverture de la Mosquée Al-Ihsan :la salat aura lieu vendredi 22 septembre 2017
 
AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerConnexion
Rechercher
 
 

Résultats par :
 
Rechercher Recherche avancée
Derniers sujets
Navigation
 Portail
 Index
 Membres
 Profil
 FAQ
 Rechercher
Forum
Partenaires
Forum gratuit



Tchat Blablaland


anipassion.com
Partagez | 
 

 Le Chevalier du mimbar et le prince des prédicateurs (Sheikh `Abd Al-Hamîd Kishk)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Admin
Admin


Messages : 187
Date d'inscription : 05/07/2008

MessageSujet: Le Chevalier du mimbar et le prince des prédicateurs (Sheikh `Abd Al-Hamîd Kishk)   Jeu 18 Nov - 9:32

Le parcours du combattant


Sheikh `Abd Al-Hamîd Kishk naquit en 1933 en Égypte dans une famille d’un niveau de vie très modeste. Son père était un petit commerçant de la ville de Shabrakhît. Au cours de son enfance, à la fin du cycle primaire, il perdit la vue. Il affirma avec beaucoup de foi que Dieu lui ôta la vue et remplaça cette lumière par la lumière du Coran qui illuminait son cœur.

Sheikh Kishk commença tôt l’apprentissage du Saint Coran dans sa ville. A l’âge de douze ans, il avait appris tout le Coran par cœur. Il partit à Alexandrie pour étudier dans la section primaire d’Al-Azhar, dans l’institut des études religieuses.

En 1952, le père de Sheikh Kishk quitta le monde. À l’époque, le Sheikh était devenu un prédicateur à l’issue du cycle primaire d’Al-Azhar. Il a tenté en vain de soigner ses yeux pendant deux ans. Son frère aîné, qui avait beaucoup d’ambitions pour lui, l’encouragea à partir pour Le Caire afin de s’inscrire au cycle secondaire, ce qui lui ouvrirait la voie vers l’enseignement supérieur d’Al-Azhar.

Au Caire, la vie du Sheikh n’était pas facile. Il avait toujours besoin d’une personne pour l’accompagner jusqu’à l’institut d’Al-Azhar. De même, l’apprentissage et la révision de ses cours n’étaient pas sans difficultés. Parfois il trouvait un ami aimable pour lui lire quelques pages, mais d’autres fois, il levait les mains au ciel priant Dieu pour lui envoyer une personne prête à lui lire. A une époque, il devait compter sur un vendeur de légumes qui avait l’amabilité de lui lire quotidiennement ses cours.

La première expérience du Sheikh avec le mimbar, la chaire de la mosquée, fut à Shabrakhît quand son oncle lui demanda de prêcher dans l’une des mosquées de la ville. Lorsqu’il s’inscrivit au cycle secondaire d’Al-Azhar, il fit la connaissance de Sheikh Ahmad `Îsâ `Âshûr, le président d’une association religieuse, Al-Jam`iyyah Ash-Shar`iyyah. Cette association a construit de nombreuses mosquées en Égypte et recrutait des prédicateurs à des niveaux différents de leurs études à Al-Azhar. Sheikh Ahmad `Âshûr encouragea vivement Sheikh `Abd Al-Hamîd pour qu’il entreprenne une carrière de prédicateur.

Le prodigieux étudiant que fut Sheikh Kishk obtint son diplôme du cycle secondaire d’Al-Azhar à la fin des années 50. Pendant ses études au cycle secondaire, il était toujours le premier. A son examen de passage de la troisième à la quatrième année du cycle, il obtint un total de 100%. L’année du diplôme, il fut le premier de tous les étudiants d’Al-Azhar avec un total de 98.5%. Il s’inscrivit à la Faculté des Fondements de la Religion (Usûl Ad-Dîn). Dans son autobiographie, Sheikh Kishk cite Sheikh `Abd Al-Halîm Mahmûd comme un excellent modèle du professeur humble et au savoir profus.

En 1962, une fois de plus, et malgré la difficulté latente pour trouver un lecteur pour l’aider, Sheikh `Abd Al-Hamîd fut le premier au classement pour le diplôme de fin d’études d’Al-Azhar. Chaque année, les majors de promotion étaient retenus pour enseigner à Al-Azhar. Mais l’année du Sheikh fut une exception : personne ne fut retenu. On lui assigna la mission de prédicateur dans une mosquée du Caire.

Sheikh Kishk était un prédicateur très actif. Il fit de la mosquée un véritable centre d’éducation publique. Il dispensait, pratiquement tous les jours, des cours d’exégèse du Coran et enseignait la vie du Prophète, la jurisprudence et la théologie. Sa renommée était en constante croissance. Il raconte que la première fois où il fit le sermon du vendredi dans sa mosquée, l’audience n’était constituée que de deux rangs. Très vite, les cafés, les rues et les commerces devenaient déserts lorsque Sheikh Kishk donnait une leçon dans la mosquée, devant une audience sans cesse croissante. Il fut transféré à une grande mosquée du Caire, la Mosquée de `Ayn Al-Hayâh où sa renommée atteignit des sommets.

Sheikh Kishk était caractérisé par un style unique et saisissant dans la prédication. Son éloquence, la force de sa voix, la beauté de son style, la sincérité de ses propos ouvraient les cœurs de son auditoire. A son écoute, les cœurs débordaient d’émotion.

En 1965, un émissaire du gouvernement lui demanda de déclarer publiquement que Sayyid Qutb, un célèbre penseur islamique révolté contre le gouvernement nassérien, était un apostat ! Sheikh Kishk, qui avait beaucoup de respect pour la pensée du martyr Sayyid Qutb, fut emprisonné pour avoir refusé l’ordre du gouvernement. A l’image de Sayyid Qutb, Sheikh Kishk ne craignait que Dieu, et il dénonça haut et fort les abus du gouvernement malgré les terribles tortures qu’il a subies en prison pendant trois ans. Sa tristesse fut énorme quand il apprit, depuis sa cellule de prison, l’exécution de Sayyid Qutb en 1966.

Au début des années 70, les nombreux disciples de Sheikh Kishk commencèrent une tradition qui donna à la réputation du Sheikh une dimension internationale. Toutes ses leçons et tous ses sermons du vendredi étaient enregistrés sur cassettes. Ses cassettes étaient parfois distribuées de façon irrégulière. Mais à la fin des années 70, les cassettes de Sheikh Kishk étaient largement appréciées dans tout le monde arabe depuis le Maroc jusqu’aux pays du Golfe. Une grande partie de la communauté musulmane arabophone veillait à se procurer ces cassettes, intitulées Madrasat Muhammad (A L’Ecole de Muhammad).

Sheikh Kishk avait l’habitude de s’impliquer, dans ses sermons et ses leçons, dans tous les problèmes liés la société. Il lutta contre toutes les formes de déviance, d’inconduite ou d’abus. Il disait : « La chose que j’ai le plus haïe au monde, c’est l’injustice. » Il combattait les injustices en élevant haut sa voix avec le cri de vérité. Son comportement digne lui valut de nombreux déboires avec des membres du gouvernement...

Ses écrits
Sous la présidence de Anwar As-Sâdât, Sheikh Kishk fut emprisonné une deuxième fois. Cette fois, son séjour en prison fut court et il retrouva la liberté après l’assassinat d’As-Sâdât. Suite à sa libération, il fut interdit de prédication. Il se retourna alors vers l’écriture d’ouvrages islamiques. Parmi ses écrits :

Tarîq An-Najâh
La voie du Salut


Al-Butûlah fî Dhill Al-`Aqîdah
L’héroïsme guidé par la foi


Riyâd Al-Jannah
Les jardins du Paradis


Nafahât min Ad-Dirâsât Al-Islâmiyyah
Anthologie des études islamiques


Binâ’ An-Nufûs
L’édification des âmes


Ashâb An-Nufûs Al-Mutma’innah
Les détenteurs d’une âme apaisée


Hayât Al-Insân
La vie de l’être humain


Ma`a At-Tawhîd wal-Akhlâq
Du monothéisme et de l’éthique


Al-Yawm Al-Haqq
Le jour véridique


Suwar min `Adhamat Al-Islâm
Des illustrations de la grandeur de l’islam


Irshâd Al-`Ibâd
La guidance des Serviteurs


Adwâ’ min Ash-Sharî`ah Al-Gharrâ’
Des lumières de la noble sharî`ah


Al-Ba`th wal-Jazâ’
La résurrection et la rétribution


Shifâ’ Al-Qulûb
La guérison des cœurs


Haqâ’iq wa Hadîth `An Ar-Rûh
Des vérités et un discours concernant l’âme


Hadîth min Al-Qalb
Un discours du cœur


As-Salâh Ra’s Al-`Ibâdât
La prière, la couronne des cultes


Al-Islâm wa Usûl At-Tarbiyah
L’Islam et les principes de l’éducation


Al-Wasâyâ Al-`Ashr fil-Qur’ân Al-Karîm
Les dix commandements dans le Noble Coran


Warathat Al-Firdaws
Les héritiers du Paradis


Al-Hudâ wan-Nûr
La guidance et la lumière


Jaddid As-Safînah
Rénove ton vaisseau


A`idda Az-Zâd
Prépare ton viatique


Al-Futûhât Ar-Rabbâniyyah
Les conquêtes divines


Sum `An Ad-Dunyâ wa Aftir `alâ Al-Mawt
Abstiens-toi de ce bas-monde et romps ton abstinence avec la mort


Rihlah ilâ Ad-Dâr Al-Âkhirah
Voyage en la demeure dernière


As-Sirâ` Bayna An-Nafs wal-Mâl
La lutte entre l’ego et l’argent


Akhlis Al-`Amal fa’inna An-Nâqida Basîr
Soigne ton œuvre car le Critique est Clairvoyant


Sâhib Ar-Risâlah Al-`Asmâ’
Le porteur du Message indéfectible


Siyâhah Mubârakah fî Sûrat Al-Mulk
Tourisme béni dans sourate Al-Mulk


Fadl Al-Qur’ân Yawm Al-Hashr
Le mérite du Coran le jour du rassemblement
Il laissa de nombreux autres ouvrages à la postérité avant que son âme ne réponde à l’appel de son Seigneur en 1996, pendant qu’il était prosterné dans sa prière. Que Dieu l’englobe dans sa Miséricorde et qu’Il le loge dans les hautes demeures du Paradis.

P.-S.
Nous vous recommandons la visite de ce site dédié à Sheikh `Abd Al-Hamîd Kishk.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.limada.net
 
Le Chevalier du mimbar et le prince des prédicateurs (Sheikh `Abd Al-Hamîd Kishk)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LIMADA ? :: GRANDES FIGURES DE L ISLAM-
Sauter vers: