LIMADA ?
LIMADA ?

La remise en liberté de Tariq Ramadan acceptée
 
AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerConnexion
Rechercher
 
 

Résultats par :
 
Rechercher Recherche avancée
Derniers sujets
Navigation
 Portail
 Index
 Membres
 Profil
 FAQ
 Rechercher
Forum
Partenaires
Forum gratuit



Tchat Blablaland



Partagez | 
 

 La Bourse de Madrid plonge de près de 6%, craintes sur un scénario à la grecque

Aller en bas 
AuteurMessage
ali



Messages : 349
Date d'inscription : 07/07/2008

MessageSujet: La Bourse de Madrid plonge de près de 6%, craintes sur un scénario à la grecque   Jeu 4 Fév - 14:46

La Bourse de Madrid plonge de près de 6%, craintes sur un scénario à la grecque

Les pays de la péninsule ibérique, l'Espagne, dont la bourse a plongé de près de 6%, et le Portugal étaient au coeur des interrogations sur l'état de leurs finances publiques, faisant redouter aux investisseurs un scénario à la grecque et provoquant de fortes baisses sur les Bourses de Madrid et de Lisbonne.






La Bourse de Madrid a fini en chute de 5,94%, plombée par les finances publiques

Depuis plusieurs jours, observateurs et analystes s'inquiètent de l'état des finances publiques de ces deux pays, agitant l'épouvantail grec dont les déficits et la dette publics sont si élevés que la Commission européenne a décidé mercredi de placer le pays sous une quasi-tutelle.

Jeudi, le commissaire européen sortant aux Affaires économiques, l'espagnol Joaquin Almunia avait mis la Grèce, l'Espagne et le Portugal dans le même panier, provoquant l'irritation de Madrid.

"Certains membres de la zone euro, avec des positions de départ différentes, des caractéristiques différentes, partagent des problèmes communs", avait-il déclaré, mentionnant la Grèce, le Portugal et l'Espagne.
à lire aussi

* dans actualité : Bourses européennes stabilisées mais fort repli en Asie, après les propos d'Obama contre les banques
* Espagne: plan d'austérité pour soulager des finances publiques à vif

Or, "si la Grèce est un problème pour la zone euro, l'Espagne pourrait être un désastre parce qu'elle en est la quatrième économie", a souligné l'économiste américain Nouriel Roubini, dans une note d'analyse.

Entrée en récession en 2008, l'Espagne a vu ses finances publiques se dégrader à une vitesse vertigineuse, avec des déficits publics qui ont explosé, passant d'un excédent de 2,23% du PIB en 2007 à un déficit de 11,4% en 2009. Sa dette publique est passée de 36,2% en 2007 à 55,2% en 2009 et devrait filer jusqu'à 74,3% en 2012 selon les prévisions du gouvernement.

Le gouvernement a promis de ramener le déficit à 3% en 2013. Il a annoncé la semaine dernière un plan d'austérité de 50 milliards d'euros sur trois ans, accueilli avec scepticisme par certains analystes qui jugent ses prévisions de croissance optimistes.

Le déficit public de l'Espagne est proche de celui de la Grèce, estimé à 12,7% du PIB en 2009, mais la dette de la Grèce est nettement supérieure (113% du PIB).

Quant au Portugal, le gouvernement socialiste s'est engagé à ramener son déficit public à 8,3% du PIB en 2010, après 9,3% en 2009, record depuis l'avènement de la démocratie en 1974. La dette publique s'élevait en 2009 à 76,6% du PIB et devrait atteindre 85,4% du PIB en 2010.

Après la Grèce, le Portugal est devenu la nouvelle "proie" des marchés, a accusé jeudi le ministre portugais des Finances, Fernando Teixeira dos Santos, dénonçant le comportement "irrationnel" des investisseurs.

Les investisseurs sont nerveux vis-à-vis de la péninsule ibérique. Le marché bruisse de rumeurs sur un possible abaissement de la perspective de l'Espagne par une agence de notation, Fitch ou Moody's, qui emboîterait le pas de leur homologue Standard & Poor's qui a déjà sévi en décembre.

"L'attention des investisseurs bascule de la Grèce vers le Portugal et l'Espagne. Les investisseurs craignent que leurs objectifs (de redressement budgétaire) ne soient pas suffisants pour convaincre l'UE et, surtout, les agences de notation", estime Kornelius Purps (Unicredit), interrogé par l'AFP.

Le secrétaire d'Etat espagnol à l'Economie, José Manuel Campa, se rendra à Londres et à Paris la semaine prochaine pour tenter rassurer les investisseurs.

Se financer devient de plus en plus coûteux pour l'Espagne. Jeudi, le Trésor a procédé à une émission de bons d'une maturité de trois ans, à un taux moyen de 2,61%, alors que lors de la précédente émission du bons du même type, le 3 décembre, le taux n'avait été que de 2,13%.
Revenir en haut Aller en bas
 
La Bourse de Madrid plonge de près de 6%, craintes sur un scénario à la grecque
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LIMADA ? :: sur les Activites Associatives et la Jalia Musulmanes-
Sauter vers: