LIMADA ?
LIMADA ?

La remise en liberté de Tariq Ramadan acceptée
 
AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerConnexion
Rechercher
 
 

Résultats par :
 
Rechercher Recherche avancée
Derniers sujets
Navigation
 Portail
 Index
 Membres
 Profil
 FAQ
 Rechercher
Forum
Partenaires
Forum gratuit



Tchat Blablaland



Partagez | 
 

 Le Tablîgh est-il une innovation religieuse (bid’a) ?

Aller en bas 
AuteurMessage
ali



Messages : 349
Date d'inscription : 07/07/2008

MessageSujet: Le Tablîgh est-il une innovation religieuse (bid’a) ?   Sam 31 Oct - 11:22

Question :

Je voudrais savoir ce que vous pensez du Tablîgh (khurûj) mis en place par Muhammad Ilyas : est-ce une innovation (bid’a) ?

-
Réponse :

Le Tablîgh est un mouvement fondé par Cheikh Muhammad Ilyâs dans les années 20 du XXème siècle chrétien en Inde, mouvement qui constitue une sorte de medersa ambulante (car il enseigne les règles de base de l’islam), mouvement qui désire extraire pour quelque temps le musulman de son environnement de tous les jours pour le faire se rendre dans des mosquées ou dans des maisons de particuliers : là, ce musulman s’assoira en compagnie de ses frères, tous parleront de l’Unicité de Dieu, se rappelleront qu’il ne faut diviniser que Lui, apprendront quelques hadîths du Prophète, se lèveront la nuit pour prier, etc. Ces frères épargneront également quelque peu de leur temps pour aller rendre visite à d’autres frères et leur rappeler la réalité et le sens de la vie. Chacun de ces frères paie lui-même ses frais.

Quel est l’objectif de ce mouvement, voici sur le sujet les propos de Cheikh Ilyâs lui-même : “Notre mouvement a pour objectif principal d’enseigner aux musulmans tout ce qui est prouvé du Prophète (sur lui la paix). Cela, c’est l’objectif principal. Quant au fait de sortir et d’aller rencontrer les frères [jawla], ce n’est que le moyen de départ devant mener à cet objectif. Et quant à l’enseignement et au rappel de la formule de foi islamique et de la prière (salât), ils représentent pour ainsi dire l’enseignement de l’alphabet par rapport à tout le cursus à apprendre…” (Malfûzât-é Mawlânâ Muhammad Ilyâs, – Propos de Cheikh Ilyâs, rapportés par Cheikh Manzûr an-Nu’manî, partie du propos n° 24).

Les sorties dans les mosquées ne sont donc que des modalités devant permettre de faciliter les choses. Abu-l-Hassan Alî an-Nadwî, qui a eu l’occasion de rester en la compagnie de Cheikh Ilyâs et qui a consacré un de ses ouvrages au mouvement du Tablîgh et à la vie de son fondateur, écrit : “Cheikh Ilyâs avait, par sa longue expérience, compris qu’il est difficile, en restant dans les choses de la vie de tous les jours, d’apprendre et de se réformer. Lorsque son esprit reste occupé dans les choses quotidiennes, comment faire naître un changement dans sa vie ?” (Mawlânâ Muhammad Ilyâs aûr unkî dînî da’wat, p. 93). C’est pourquoi Cheikh Ilyas pensa qu’il était bon d’amener des musulmans à se retrouver ensemble dans un autre milieu, afin qu’ils puissent se consacrer à l’objectif voulu avec sérénité avant de revenir chez eux. Cheikh Ilyâs disait : “…Le bienfait qui est attaché au [fait de sortir de chez soi] est que l’homme peut alors sortir du milieu figé de tous les jours et se rendre dans un autre milieu, où il trouve piété et mouvement, et il trouve dans cet autre milieu de quoi développer en lui les qualités du musulman…” (Malfûzât-é Mawlânâ Muhammad Ilyâs, partie du propos n° 92).

Quant aux durées de 40 jours, etc., elles ne sont que des durées d’organisation. A l’Université Islamique de Médine, on fait bien un nombre x d’années d’études. Pourtant, cela ne figure dans aucun hadîth du Prophète, qui a demandé d’acquérir la connaissance sans préciser la durée ni la modalités des études ! Il est d’ailleurs à noter que certains frères ne sortent que 10 jours, d’autres 20 jours, etc.

Cheikh Ilyâs disait également que le but de ce mouvement et de ces sorties est de réveiller, chez tous ceux qui sont musulmans, l’étincelle de foi qui existe dans leur cœur. Cheikh Ilyâs voulait qu’une fois cette étincelle éveillée, ils se dirigent ensuite vers les ulémas pour apprendre les croyances et les règles islamiques, et qu’ils vivent ces règles avec le ihsân et la tazkiya authentiques. Cheikh Ilyâs disait ainsi : “… Il est également évident que nos groupes de sorties ne pourront pas tout faire. Ils ne pourront, par les efforts qu’ils feront en se rendant dans différents lieux, que faire naître un réveil et un mouvement. Ayant réveillé, en un lieu donné, les gens qui étaient insouciants, ils ne pourront que rétablir le lien entre ces gens et les gens se trouvant dans le même lieu et qui pratiquaient déjà l’islam. Ils ne pourront que rétablir le lien entre ce public musulman et les gens qui se trouvent en ce lieu et qui se font du souci pour le public musulman, c’est-à-dire les ulémas, les pieux…” (Malfûzât-é Mawlânâ Muhammad Ilyâs, partie du propos n° 24). “Dites aux ulémas que par ces sorties des groupes du Tablîgh et par leurs efforts, on ne peut que faire naître dans le public musulman la valeur et la soif des enseignements de l’islam. On ne peut que les pousser à apprendre ces enseignements. Ensuite, pour ce qui est de les leur faire apprendre (ta’lîm) et de les former (tarbiya) en conséquence, cela ne peut se faire que par la prévenance des ulémas et des pieux…” (Malfûzât-é Mawlânâ Muhammad Ilyâs, partie du propos n° 212).

Le Tablîgh ne vise qu’à réformer les musulmans en les rapprochant des sources authentiques du Coran et des hadîths. C’est bien pourquoi on entend toujours les frères du Tablîgh répéter : “La réussite, dans ce monde et dans l’autre, réside uniquement dans les ordres de Dieu, vécus selon la voie du Messager de Dieu (sur lui la paix).” Pour qui prend la peine de réfléchir deux secondes, cela ne veut pas dire autre chose que suivre… le Coran et la Sunna ! D’ailleurs Cheikh Ilyâs disait : “On ne doit pas me considérer comme quelqu’un de supérieur à un simple croyant. Agir selon ce que je dis simplement parce que je le dis, c’est quelque chose qui est contraire à l’islam. Ce que je dis, mesurez-le à l’aune du Coran et de la Sunna…” (Malfûzât-é Mawlânâ Muhammad Ilyâs, propos n° 210). Cheikh Ilyâs avait écrit en substance dans une de ses épîtres qu’il voulait que soient développés “le fait de s’attacher au Coran et aux Hadîths ["al-i'tisâm bil-kitab was-sunna"], la connaissance des paroles des Compagnons, et la connaissance de la langue arabe…” (Mawlânâ Muhammad Ilyâs aûr unkî dînî da’wat, p. 325). Que dire de plus ?

Le Tablîgh n’est donc pas en soi une innovation (bid’a).

Il est vrai que certains ulémas contemporains ont émis l’avis que le mouvement du Tablîgh était une innovation (bid’a) car ne se référant pas à l’authenticité des sources (Coran et Hadîths) et aux dires des pieux prédécesseurs (as-salaf as-sâlih). Mais j’estime que si ces ulémas avaient eu accès aux dires du fondateur du mouvement (qui n’ont pas, à ma connaissance, été traduits en arabe), ils auraient modifié cet avis inshâ Allâh. J’estime qu’ils n’ont dû se référer qu’à ce qu’ils ont vu et entendu de certains (j’ai bien dit “certains”) frères et sœurs participant au mouvement et qu’ils ont pensé qu’il s’agissait de ce que le mouvement lui-même disait.
Car dans les faits, il est vrai qu’on entend parfois des choses étranges. Mais ces choses étranges sont liées à une compréhension partielle de certains frères et ne reflètent pas les dires du fondateur du Tablîgh. Voyez plutôt…

Certains frères participant au mouvement se sont mis à croire qu’il faut à tout prix sortir ce nombre x de jours. Un jour, un frère que je connais affirma qu’il serait prêt à remplacer (”faire le qadhâ”) des 3 jours mensuels s’il lui arrivait de les manquer pour une cause valable. Ce fut alors un autre frère participant au mouvement qui intervint immédiatement pour rappeler que ces durées n’étaient que des modalités d’organisation et qu’il ne saurait être question de les remplacer (”qadhâ”), sous peine de tomber dans quelque chose de contraire aux principes de l’islam. D’ailleurs certains frères ne sortent que 10 jours, d’autres 20 jours, etc.

D’autres frères veulent à tout prix trouver une référence textuelle au fait de sortir quarante jours ou quatre mois ; ce faisant, ils tombent dans l’exagération ; voyez plutôt : j’ai moi-même entendu un frère dire dans un discours : “Le fait de sortir quatre mois afin d’acquérir la foi au niveau de la certitude (yaqîn) figure dans le Coran ; Dieu n’a-t-Il pas dit : “Circulez sur la terre quatre mois et vous saurez que vous ne pourrez échapper à Dieu” (Coran 9/2) ? Mes frères, voici le fondement coranique pour sortir quatre mois, suite à quoi nous aurons la certitude sur la puissance de Dieu” (fin de citation). Comment peut-on tenir des propos aussi déplacés ? Ce verset concerne en réalité les polythéistes de l’Arabie, auxquels, en l’an 9 de l’hégire, il avait été donné un délai de quatre mois .Pourquoi “forcer” ainsi des versets afin de les faire correspondre à ce qui relève en réalité d’une simple modalité de fonctionnement (comme nous l’avons expliqué plus haut) ?

Il est d’autres frères participant au mouvement qui se sont mis quant à eux à considérer le fait de sortir comme un objectif en soi (”je sors parce qu’il faut sortir“), oubliant que l’objectif est en réalité d’utiliser la sortie comme une occasion pour revivifier sa foi, développer en soi les qualités du Prophète et des Compagnons et aller rappeler le message essentiel de l’islam aux frères éloignés, avant, ensuite, de revenir approfondir ses connaissances selon ses possibilités (avec des uémas, etc.). Il y a de cela quelques jours, un frère est venu m’inviter à sortir avec lui en Tablîgh. Je lui ai demandé pourquoi il sortait, il m’a répondu : “Parce qu’il faut sortir.” Je lui ai dit : “Non, il ne faut pas sortir pour sortir. Le fait de sortir ne doit pas être considéré comme un objectif en soi, puisque le Prophète ne pratiquait pas ce genre de sortie sous cette forme. Si tu sors, il te faut le faire avec les objectifs dont parlait Cheikh Ilyâs et qui sont en fait des objectifs figurant dans le Coran et les Hadîths. Ceci est exactement comme si tu partais à l’Université Islamique de Médine : ton objectif ne doit pas être d’y partir pour partir, mais d’y partir afin d’acquérir des bases dans le domaine de la connaissance, bases correspondant à ce qui figure dans le Coran et les Hadîths.” Le frère ne m’a rien répondu, mais j’ai cru voir des signes d’étonnement sur son visage. Une heure plus tard, il m’a avoué s’être rendu, juste après m’avoir parlé, auprès d’un responsable du mouvement (qui vit en Inde mais qui était alors de passage à la Réunion), lui avoir demandé son avis sur la question, et avoir reçu de ce responsable une réponse très voisine de la remarque que je lui avais faite.

-
A mes frères et sœurs participant au mouvement :

A mes frères et sœurs participant au mouvement, je désire très humblement rappeler ici les 4 points suivants :

1) Le Tablîgh est un mouvement, ce n’est pas tout l’islam, comme le croient certains. Cheikh Ilyâs a employé lui-même le terme “mouvement” (en langue urdu : “tahrîk“) à propos de ce qu’il a mis en place (voir Malfûzât-é Mawlânâ Muhammad Ilyâs, propos n° 24, 163, 164, 179, etc.).
Ne confondez donc pas le cadre mis en place par Cheikh Ilyâs pour le bon fonctionnement du mouvement, et le cadre de l’islam. Certes, de nombreux principes sont ceux de l’islam (comme par exemple l’interdiction de gaspiller, etc.), mais il en est d’autres qui ont été mis en place uniquement pour le cadre du Tablîgh, et seulement pour que le mouvement arrive à faire participer des frères aux mentalités fort diverses. Ainsi en est-il du principe, souvent répété lors des sorties, qui dit qu’il ne faut pas aborder les divergences d’opinions juridiques existant entre différents savants musulmans.
Tant que vous êtes en sortie, tenez vous-en à cette règle, mise en place comme tant d’autres pour la bonne marche du groupe : cela évitera aux compagnons de sortie de se quereller (vu l’état d’ignorance dans lequel se trouvent les communautés musulmanes aujourd’hui). Mais sachez que débattre de divergences d’opinions juridiques n’est ni une interdiction ni une perte de temps en islam, bien au contraire. Alors quand vous verrez, hors du mouvement, des savants débattre d’avis juridiques arguments à l’appui, ne les critiquez pas en citant ce principe du Tablîgh.
Vous pouvez facilement, en réfléchissant quelque peu, trouver d’autres principes n’ayant été eux aussi mis en place que pour le bon fonctionnement du Tablîgh.

2) En sortant dans le mouvement, vous n’allez pas apprendre la somme de l’islam et de sa mise en pratique mais… vous allez apprendre à revivifier votre foi (yaqîn) et vous allez apprendre que “la réussite réside dans le fait d’obéir à ce que Dieu agrée en suivant la Sunna du Messager de Dieu”, donc dans le fait de pratiquer le Coran et la Sunna. Mais vous n’allez pas apprendre la totalité des modalités d’application du Coran et de la Sunna. Car le mouvement ne dit rien de ces modalités, qui, elles, relèvent du droit musulman (al-fiqh). Quelles sont les dispositions du droit musulman (fiqh), les responsable du Tablîgh se contenteront de rappeler les grandes lignes. Pour ce qui est des ramifications, il vous faut, comme l’avait voulu Cheikh Ilyâs, l’apprendre auprès des ulémas et muftis de votre pays, car certaines règles peuvent changer en fonction du contexte. Il arrivera donc qu’il y ait certains points juridiques (mas’alah) où vous serez amenés à suivre des avis juridiques différents de ceux qu’ont les responsables du Tablîgh vivant en Inde ou au Pakistan (soit pour cause d’authenticité, soit pour cause de différence de contextes).

3) De même, vous allez apprendre que “la réussite réside dans le fait de pratiquer la Sunna”. Sachez cependant qu’il y a, dans la Sunna, des sunna ta’abbudiyya et des sunna ‘âdiyya. Ne pensez donc pas que tout ce que le Prophète a fait est du même niveau et que “soit on pratique toute la Sunna et on aime alors le Prophète, soit on mange sur une table et alors on n’aime pas le Prophète”. Aucun reproche ne peut être fait à celui qui n’applique pas les sunna ‘âdiyya, tout comme une récompense est promise inshâ Allâh auprès de Dieu pour celui qui pousse l’imitation du modèle du Messager de Dieu jusqu’à suivre ses sunna ‘âdiyya. En fait il vous faut savoir que Cheikh Muhammad Ilyâs aimait, pour lui-même et pour ceux qui lui étaient proches, que l’on imite même les sunna ‘âdiyya du Prophète. An-Nadwî raconte un épisode de sa vie : “Certains de ceux qui restaient à son service n’étaient à ce moment là pas présents. Il leur envoya, par l’intermédiaire de Hâdjî Abdur-Rahmân, ses recommandations écrites ; le point sur lequel il y insistait le plus était le fait de suivre la Sunna ; (il y disait) que les terminologies (”istilâh”) et la classification (”taqsîm”) établies par les juristes musulmans [à propos de l'ensemble de ce qui est rapporté que le Prophète l'a fait] étaient vraies et correctes, mais qu’il fallait, sur le plan de la pratique, nécessairement pratiquer ce qui était lié au Prophète (sur lui la paix).” An-Nadwî poursuit par cette observation : “L’amour pour le Prophète et la volonté de suivre son modèle étaient à un tel point chez lui (”ghalaba”) que cela touchait non seulement les “‘ibâdât” mais aussi les “‘âdât” : son coeur voulait qu’il imite le Prophète (sur lui la paix) même dans les “‘âdât”" (Mawlânâ Muhammad Ilyâs aûr un kî dînî da’wat, pp. 242-243). Voilà qui permet de comprendre pourquoi le mouvement du Tablîgh est autant attaché aux sunna ‘âdiyya. Cependant, on ne peut pas considérer ce qui n’est pas obligatoire comme si cela l’était. Lisez également mon article sur la tenue du musulman.

4) Ne dites pas des autres mouvements qui œuvrent eux aussi pour la réforme des musulmans et qui agissent dans le cadre du Coran et des Hadîths qu’ils sont “inutiles et que seul le Tablîgh fait le travail et l’effort de la religion”. Ce n’est pas ce que Cheikh Ilyâs a enseigné.

-
Synthèse de la réponse :

Le Tabligh n’est pas en soi une innovation religieuse (bid’a). C’est un mouvement dont l’objectif est de former les musulmans et de les amener à s’attacher au Coran et à la Sunna.
Les frères et sœurs qui participent au mouvement ont cependant une grande responsabilité dans le fait de pouvoir eux-mêmes comprendre complètement la finalité du mouvement et ensuite le faire connaître aux autres. Pour cela ils devraient revenir à l’objectif primordial du mouvement, tel que Cheikh Ilyâs l’a défini : revivifier la foi en Dieu l’Unique, et diffuser l’idée que la réussite réside dans le fait de se référer sincèrement au Coran et à la Sunna. Mais quelles sont les modalités pratiques et détaillées pour vivre le Coran et la Sunna dans un pays donné dans une circonstance donnée, les frères et sœurs participant au mouvement devraient se référer à ce sujet aux juristes musulmans de leur pays plutôt qu’aux responsables du mouvement en Inde ou au Pakistan. Quand une majorité de personnes participant au mouvement auront réalisé cela, les choses changeront avec la permission de Dieu.

A.N
Revenir en haut Aller en bas
abunawfa
Invité



MessageSujet: Re: Le Tablîgh est-il une innovation religieuse (bid’a) ?   Lun 10 Mai - 8:56

Salam ahlikoum,

voici la réalité sur cette jama'a d'innovateur, preuve à l'appuie


ishallah je souhaitai apporter des éléments de preuve aux gens qui s'entêtent à défendre la jama'a des Tablighs, qui montrer l'égarement des fondateurs de cette jama'a et la croyance à laquelle ils appellent.Tout d'abord dans ce document appelé "Malfoodat" qui relate des propos de Mohammad Ilyas, on y trouve les propos suivants :


En Page 37 du livre, il dis je cite :The method of Tabligh was opened to me in a dream. The tafsir of the aayah. "You are the best ummat taken out fo rmankind. You command good and prohibit evil and you believe in Allah," was inspired to me in a dream that you i.e. the Muslim Umniat. like the prophets have been selected for the benefit of all mankind and the meaning of 'ukhrijat', 'taken out' , is that you are not to concentrateyour effort at one place but it will be necessary for you to move from place to place, door to door.

Traduction : La méthode de Tabligh a été ouvert à moi dans un rêve. Le Tafsir du verset. "Vous êtes la meilleure communauté sortit d'entre les gens. Vous ordonner le bien et condamnez le mal et vous croyez en Allah," a été inspiré à moi dans un rêve que vous dire la Umma musulmane, , comme les prophètes ont été sélectionnés pour le bénéfice de toute l'humanité et le sens de «ukhrijat '," SORTIR ", c'est que vous ne devez pas à concentrez vos effort en un seul lieu, mais il sera nécessaire de vous déplacer de lieu en lieu, de porte à porte.

On voit ici l'origine de ce Khoulouj qui provient donc du rêve de cet homme ou ont lui a dévoilé l'interprétation du verset de la sourate Imran – Verset 110 qui serait soit disait de sortir pour faire da’wa HORS cet interprétation est mensongère et jamais aucun exégèse du Coran n’a interprété le verset ainsi.




Dans ce même livre, on peut lire page 43 point 60 :

"Maulana! The Ulama are not coming towards this effort. What should
I do? Alas! 0 Allah! What should I do?" I replied, " All will come,
make dua." He replied, " I can't make dua. You rather make dua." He
then read these verses of poetry from Qasidah Burdah "

Traudction rapproché :

"Maulana! Les oulémas ne viennent pas à cet effort. Que dois -
Je faire? Hélas! 0 Allah! Que dois-je faire? "Je lui ai répondu:« ça va venir,
fait Dua. "Il répondit," Je ne peux pas faire Dua. Vous faites plutôt Dua. "
Puis il a commencé à lire des vers de la poésie "Qasidah Burdah"

Cette poésie la, Qasidah Burdah, est une poésie très connu chez les Soufi, pas forcement chez tout le monde...mais à y lire de plus près, on y trouve des choses incroyable dedans, ni plus ni moins que du Chrik!!!!



un lien vers le texte en Arabe et la traduction en Français du poème :


On y trouve a titre d'exemple :

"Oh le plus excellent des êtres créés ! Quel autre que toi prendrai-je pour refuge en ce moment terrible, commun à tous les mortels? Apôtre de Dieu, ta gloire ne sera point ternie par le secours que tu m'accorderas, au jour où Dieu se manifestera sous le nom de vengeur : car ce monde et le monde futur sont des effets de ta libéralité, et tous les décrets tracés par la plume éternelle sur les tablettes du Très-Haut, font partie de tes connaissances. "

on comprend donc que pour l'auteur du Poème (et donc Mohammad Ilyas aussi qui appel à ce poème...) le prophète Mohammad connais ce que seul Allah connais c'est à dire le contenu de la table préservé et de ce que la plume a écris!!!


Autre exemple : on y trouve : "Oh le plus excellent des êtres créés ! Quel autre que toi prendrai-je pour refuge en ce moment terrible, commun à tous les mortels?"

Encore une fois, on voit ici qu'ils appellent à la demande de protection auprès du prophète et non pas auprès d'Allah, qu'Allah nous préserve de telle propos....

Autre point important, j'ai trouvé sur ce site une biographie de Mohammad Ilyas :


On peut y lire entre autre que parmi ces professeurs se trouve notamment Maulana Rasheed Ahmad Gangohi, un soufi déobandi qui appelaient à des croyances très grave, je vous laisse vérifier cela ici :


Je peut continuer longtemps encore concernant Mohammad Ilyas mais vous avez la des preuves de sa voie soufie et de sa croyance égaré!!!!!


Inshallah passopns à son fils maintenant, dénommé Mohammad Yousouf Kandawhlawi

Dans le livre traduit en Français intitulé "les propos de Mohammad Youssouf", on peut y lire ce qui suit :

Page 134, il dis je cite :
"L’existence bénie du Prophète paix sur lui est l’origine de l’univers"

Ici on remarque la croyance Soufis qui est de croire qu’ Allah a créé l’ Univers à cause Du Messager paix sur lui. Cette croyance est bien sûr une invention des Soufis reprise par le Tabligh très influencé par le soufisme (ce que je prouverai par la suite…)

La preuve :


Allah a créé l’Univers pour qu’on l’ adore comme cela est citer dans le Coran" Je n'ai créé les Djinns et les hommes que pour qu'ils M'adorent"( Sourate 51 - Verset 56)


La preuve de cela sont les versets suivant :

Sourate Yunus Verset 31 :
« Dis : qui vous attribue de la nourriture du ciel et de la terre ? Qui détient l’ouie et la vue, et qui fait sortir le vivant du mort et fait sortir le mort du vivant, et qui administre tout ? Ils diront( les moushrikine) ‘Allah’. Dis alors : Ne le craignez vous donc pas ! »

Sourate Az zuhruf Verset 87 :
« Et si tu leur demandes qui les a crées, ils (les moushrikines) diront très certainement ‘Allah’. Comment se fait-il donc qu’ils se détourent. »

Sourate Al Muminune Verset 84
« Dis : A qui appartient la terre et ceux qui y sont ? Si vous savez. Ils diront (les moushrikines) : ’A Allah’. Dis : Ne vous souvenez vous donc pas ? Dis : Qui est le seigneur des 7 cieux et le seigneur du Trône Sublime ? » Ils diront ‘A Allah’. Dis : Ne craignez vous donc pas ? ..."




Continuons inshallah,

on trouve (page 124 du livre) aussi que Mohammad Youssouf envoie des partisans du Tablighs étudiés à Déoband qui est la source de l’idéologie Déobandie, une véritable école Soufis!!!

Voici un lien qui montre , preuve à l'appuie la réalité de cette école


Continuons, à la page 54-55, Mohammad Youssouf dit dans la partie intitulé je cite ‘La façon de faire Ta’lim et ses principes’ :

« On doit lire et écouter uniquement les livres suivant dans le Ta’lime collectif : les ouvrages Cheikh oul Hadith Mawlana Zakarya à savoir : les vertus du Qourane, de la salah, du tabligh, du Zikr, des actes charitables, du ramadan et du Hajj »

Il faut savoir que Zakarya Kandahlawi est le neveu de Mohammad Ilyass connu notamment pour ses 2 livres « Tabligh Nisab » et Fada’il A’mal



Tout d’abord Fada’il A’mal, ce livre est disponible en Français, il est gros. Je mais ci-dessus un lien ou vous pourrez trouver des scans de ce livre avec Chapitre et numéro de page.


Ensuite je mets ici un document ou j’ai listé une série de propos à partir des scans qui montre l’appartenance de cette jama’a au soufisme, et la croyance d’égarés qu’avaient l’auteur….Tu y trouveras entre autres l’incitation à faire du Dikr comme les soufis, la croyance dans le fait que des gens peuvent voir l’invisible (l’enfer par exemple…) , que certains recoivent des inspiration divient et j’en passe !



Le même Zakarya Kandahlawi a écrit le livre très connu chez les Tablighs d’Inde et du Pakistant
nommé « Tabligh Nisab ». Je mets ci-dessous un lien pour télécharger le livre (en Anglais par contre…)


Ensuite je mets ci-dessous un document qui liste tout une série de chose qui vont étonner dans ce livre (c'est traduit en Français je rassure….)


Je vous laisse lire de vos propre yeux....



Je finis inshallah avec des propos tenu par l'émir de cette jama'a en France, le dénommé Cheikh Younes

je liste ici des audios ou vous verrez clairement la croyance égaré du cheikh (celle des déobandi ici) qui consiste à croire que le prophète Mohammad est vivant dans sa tombe, qu'ils sais tout et qu'il se réjouit des gens qui sortent en Khoulouj, qu'Allah nous préserve de mentir comme lui sur le prophète!!!




Vous gens du Tabligh, si vous êtes sincère et que vous savez que vous rendrez des compte un jour à Allah qui sais ce qui a dans les cœurs, je vous laisser lire toutes les preuves que j'ai apporté, montré l'égarement des fondateurs et cheikh de cette jama'a, les mauvaises croyances auxuqels ils appelent et je vous demande ensuite : Comment pouvez vous vous affiliez encore à cette voie après cela....
Revenir en haut Aller en bas
abunawfa
Invité



MessageSujet: Re: Le Tablîgh est-il une innovation religieuse (bid’a) ?   Lun 10 Mai - 8:59

Salam ahlikoum,

ishallah je souhaitai apporter des éléments de preuve aux gens qui s'entêtent à défendre la jama'a des Tablighs, qui montrer l'égarement des fondateurs de cette jama'a et la croyance à laquelle ils appellent.Tout d'abord dans ce document appelé "Malfoodat" qui relate des propos de Mohammad Ilyas, on y trouve les propos suivants :

box.net jj7zgcjro8

En Page 37 du livre, il dis je cite :The method of Tabligh was opened to me in a dream. The tafsir of the aayah. "You are the best ummat taken out fo rmankind. You command good and prohibit evil and you believe in Allah," was inspired to me in a dream that you i.e. the Muslim Umniat. like the prophets have been selected for the benefit of all mankind and the meaning of 'ukhrijat', 'taken out' , is that you are not to concentrateyour effort at one place but it will be necessary for you to move from place to place, door to door.

Traduction : La méthode de Tabligh a été ouvert à moi dans un rêve. Le Tafsir du verset. "Vous êtes la meilleure communauté sortit d'entre les gens. Vous ordonner le bien et condamnez le mal et vous croyez en Allah," a été inspiré à moi dans un rêve que vous dire la Umma musulmane, , comme les prophètes ont été sélectionnés pour le bénéfice de toute l'humanité et le sens de «ukhrijat '," SORTIR ", c'est que vous ne devez pas à concentrez vos effort en un seul lieu, mais il sera nécessaire de vous déplacer de lieu en lieu, de porte à porte.

On voit ici l'origine de ce Khoulouj qui provient donc du rêve de cet homme ou ont lui a dévoilé l'interprétation du verset de la sourate Imran – Verset 110 qui serait soit disait de sortir pour faire da’wa HORS cet interprétation est mensongère et jamais aucun exégèse du Coran n’a interprété le verset ainsi.




Dans ce même livre, on peut lire page 43 point 60 :

"Maulana! The Ulama are not coming towards this effort. What should
I do? Alas! 0 Allah! What should I do?" I replied, " All will come,
make dua." He replied, " I can't make dua. You rather make dua." He
then read these verses of poetry from Qasidah Burdah "

Traudction rapproché :

"Maulana! Les oulémas ne viennent pas à cet effort. Que dois -
Je faire? Hélas! 0 Allah! Que dois-je faire? "Je lui ai répondu:« ça va venir,
fait Dua. "Il répondit," Je ne peux pas faire Dua. Vous faites plutôt Dua. "
Puis il a commencé à lire des vers de la poésie "Qasidah Burdah"

Cette poésie la, Qasidah Burdah, est une poésie très connu chez les Soufi, pas forcement chez tout le monde...mais à y lire de plus près, on y trouve des choses incroyable dedans, ni plus ni moins que du Chrik!!!!



un lien vers le texte en Arabe et la traduction en Français du poème :

http://www.asfiyahi.org/Qa%E1%B9%A3%...teau_a188.html

On y trouve a titre d'exemple :

"Oh le plus excellent des êtres créés ! Quel autre que toi prendrai-je pour refuge en ce moment terrible, commun à tous les mortels? Apôtre de Dieu, ta gloire ne sera point ternie par le secours que tu m'accorderas, au jour où Dieu se manifestera sous le nom de vengeur : car ce monde et le monde futur sont des effets de ta libéralité, et tous les décrets tracés par la plume éternelle sur les tablettes du Très-Haut, font partie de tes connaissances. "

on comprend donc que pour l'auteur du Poème (et donc Mohammad Ilyas aussi qui appel à ce poème...) le prophète Mohammad connais ce que seul Allah connais c'est à dire le contenu de la table préservé et de ce que la plume a écris!!!


Autre exemple : on y trouve : "Oh le plus excellent des êtres créés ! Quel autre que toi prendrai-je pour refuge en ce moment terrible, commun à tous les mortels?"

Encore une fois, on voit ici qu'ils appellent à la demande de protection auprès du prophète et non pas auprès d'Allah, qu'Allah nous préserve de telle propos....

Autre point important, j'ai trouvé sur ce site une biographie de Mohammad Ilyas :

http://tablighijamaat.wordpress.com/2008/06/09/biography-of-maulana-muhammad-ilyas-first-ameer-of-tableeghi-jamaat-ra/

On peut y lire entre autre que parmi ces professeurs se trouve notamment Maulana Rasheed Ahmad Gangohi, un soufi déobandi qui appelaient à des croyances très grave, je vous laisse vérifier cela ici :

http://www.fourqane.fr/forum/viewtopic.php?p=16703

Je peut continuer longtemps encore concernant Mohammad Ilyas mais vous avez la des preuves de sa voie soufie et de sa croyance égaré!!!!!


Inshallah passopns à son fils maintenant, dénommé Mohammad Yousouf Kandawhlawi

Dans le livre traduit en Français intitulé "les propos de Mohammad Youssouf", on peut y lire ce qui suit :

Page 134, il dis je cite :
"L’existence bénie du Prophète paix sur lui est l’origine de l’univers"

Ici on remarque la croyance Soufis qui est de croire qu’ Allah a créé l’ Univers à cause Du Messager paix sur lui. Cette croyance est bien sûr une invention des Soufis reprise par le Tabligh très influencé par le soufisme (ce que je prouverai par la suite…)

La preuve :

http://www.soufisme-fr.com/archive/i...hp/t-2757.html

Allah a créé l’Univers pour qu’on l’ adore comme cela est citer dans le Coran" Je n'ai créé les Djinns et les hommes que pour qu'ils M'adorent"( Sourate 51 - Verset 56)


La preuve de cela sont les versets suivant :

Sourate Yunus Verset 31 :
« Dis : qui vous attribue de la nourriture du ciel et de la terre ? Qui détient l’ouie et la vue, et qui fait sortir le vivant du mort et fait sortir le mort du vivant, et qui administre tout ? Ils diront( les moushrikine) ‘Allah’. Dis alors : Ne le craignez vous donc pas ! »

Sourate Az zuhruf Verset 87 :
« Et si tu leur demandes qui les a crées, ils (les moushrikines) diront très certainement ‘Allah’. Comment se fait-il donc qu’ils se détourent. »

Sourate Al Muminune Verset 84
« Dis : A qui appartient la terre et ceux qui y sont ? Si vous savez. Ils diront (les moushrikines) : ’A Allah’. Dis : Ne vous souvenez vous donc pas ? Dis : Qui est le seigneur des 7 cieux et le seigneur du Trône Sublime ? » Ils diront ‘A Allah’. Dis : Ne craignez vous donc pas ? ..."




Continuons inshallah,

on trouve (page 124 du livre) aussi que Mohammad Youssouf envoie des partisans du Tablighs étudiés à Déoband qui est la source de l’idéologie Déobandie, une véritable école Soufis!!!

Voici un lien qui montre , preuve à l'appuie la réalité de cette école

http://www.fourqane.fr/forum/viewtopic.php?p=16703

Continuons, à la page 54-55, Mohammad Youssouf dit dans la partie intitulé je cite ‘La façon de faire Ta’lim et ses principes’ :

« On doit lire et écouter uniquement les livres suivant dans le Ta’lime collectif : les ouvrages Cheikh oul Hadith Mawlana Zakarya à savoir : les vertus du Qourane, de la salah, du tabligh, du Zikr, des actes charitables, du ramadan et du Hajj »

Il faut savoir que Zakarya Kandahlawi est le neveu de Mohammad Ilyass connu notamment pour ses 2 livres « Tabligh Nisab » et Fada’il A’mal



Tout d’abord Fada’il A’mal, ce livre est disponible en Français, il est gros. Je mais ci-dessus un lien ou vous pourrez trouver des scans de ce livre avec Chapitre et numéro de page.

box.net 0oj02mdh2a

Ensuite je mets ici un document ou j’ai listé une série de propos à partir des scans qui montre l’appartenance de cette jama’a au soufisme, et la croyance d’égarés qu’avaient l’auteur….Tu y trouveras entre autres l’incitation à faire du Dikr comme les soufis, la croyance dans le fait que des gens peuvent voir l’invisible (l’enfer par exemple…) , que certains recoivent des inspiration divient et j’en passe !

box.net sqga8nxils


Le même Zakarya Kandahlawi a écrit le livre très connu chez les Tablighs d’Inde et du Pakistant
nommé « Tabligh Nisab ». Je mets ci-dessous un lien pour télécharger le livre (en Anglais par contre…)

box.net c3x2nxihgf

Ensuite je mets ci-dessous un document qui liste tout une série de chose qui vont étonner dans ce livre (c'est traduit en Français je rassure….)

box.net ovqjkg9mcy

Je vous laisse lire de vos propre yeux....



Je finis inshallah avec des propos tenu par l'émir de cette jama'a en France, le dénommé Cheikh Younes

je liste ici des audios ou vous verrez clairement la croyance égaré du cheikh (celle des déobandi ici) qui consiste à croire que le prophète Mohammad est vivant dans sa tombe, qu'ils sais tout et qu'il se réjouit des gens qui sortent en Khoulouj, qu'Allah nous préserve de mentir comme lui sur le prophète!!!

box.net 0f2vhd31jh

box.net vajd9c47ej

box.net buv6naaxed

Vous gens du Tabligh, si vous êtes sincère et que vous savez que vous rendrez des compte un jour à Allah qui sais ce qui a dans les cœurs, je vous laisser lire toutes les preuves que j'ai apporté, montré l'égarement des fondateurs et cheikh de cette jama'a, les mauvaises croyances auxuqels ils appelent et je vous demande ensuite : Comment pouvez vous vous affiliez encore à cette voie après cela....
Revenir en haut Aller en bas
abunawfal



Messages : 69
Date d'inscription : 23/07/2010

MessageSujet: Re: Le Tablîgh est-il une innovation religieuse (bid’a) ?   Lun 6 Sep - 4:18

Salam ahlikoum,

voici un site qui dévoile les mensonges et tromperie du groupe Tabligh, qu'Allah les guident.

Il est en cours de construction mais patience inshallah, avec le temps il sera bientôt finit

http://sectetabligh.over-blog.com/
Revenir en haut Aller en bas
aziz
Invité



MessageSujet: tabligh une histoire vrai lisé la SVP   Jeu 26 Mai - 7:46

salam je m excuse pour les fautes, comment vous pouvais douté du tabligh;le but du tabligh c est de faire revivre dans chaque maison la suna avec le soucci que chaque musulman connais leur but;la vrai suna c est la vision du prophete (sw) sa vision c est oumati oumati; les gens de la ouma tabligh cherche pas a faire le mal ou a fait la bida; leur but c est de tapé au porte en porte pour entrer dans les maisons avec mahabat douceur et aussi amour pour la ouma:en cherche rien que l amour d allah ;; le but du tabligh =c est la dawa quelle dawa celle du coeur pas celle des paroles;;mon histoire chere soeur et frere; dans les s anné 1990 MA famille decouvre islam et entre dans le tabligh; wallah c etait le bonheur ; ma maison a changer mais enfants aussi ma femme aussi; en avais une belle vie de baraka je fesait les efforts et ma femme les efforts a la maison pour suivre la suna;le temps passe ; dans le tabligh en aime tout les musulmans on nous apprend a avoir de l amour avec toutes les muslumans;un jour un wahabite demande ma fille en mariage je vois qui fait salate je donne; waaaa la plus belle betise de ma vie;;; je sorte en rouloj je reviens le pasion installe a la maison ma femme deviens salafiste maintement dispute sur dispute j entend que se mots bida bida bida ; plus de baraka plus rien ; les enfants pleures il comprend pas leur mere avant elle etait douce maintement la voila dur sens coeur ; je vais divorcer ; je veu pas que mais enfants vois le degat des wahabites;; un conseil ecoute pas c est gens ;; j ai tout perdu a cause d eux salam
Revenir en haut Aller en bas
salam
Invité



MessageSujet: inconnu   Jeu 26 Mai - 8:04

salam donner de preuvre hhhhhhhhhhhhh quelle preuvre donne tu;;quelle science a tu; celle du blablabla ;; arrete et va sortir appelle les gens vers allah arrete d attaquer le tabligh; tu crois pas qui a mieux a faire ;;vois tu pas la mouma malade ; il a des gens dans les café dans rue ; qui demande a etre aider; pour toi cheikh abel wahabat c est la reference;; connais la vrai histoire de sa vie, apprend a connaitre ton cheikh avant de parler des s autres ;; vous dite pas de revolution contre les gourverneur dis moi ton cheikh abel wahabat si ta fait quoi avec aide des anglais a faire sortir les turcs musulman les gouverneur musulmans pour faire des fatwa pour le rois;; apprend a connaitre l histoire des wahabites tu vera la vrai bida;;; je parle a ton coeur crois tu pas que en devrais etre ensenble pour allez faire que que allah veu quant face ; appelle les gens vers allah et pleurer la nuits pour l aide d allah viens enfin; salam
Revenir en haut Aller en bas
abunawfal



Messages : 69
Date d'inscription : 23/07/2010

MessageSujet: Re: Le Tablîgh est-il une innovation religieuse (bid’a) ?   Lun 30 Mai - 3:54

Salam ahlikoum,


Pour le frère salam avec qui j'avais deja discuté je pense, je n'ai pas de temps à perdre avec des menteurs et ignorant comme toi à toujours dire la même choses....

Sache quand même pour info, que le cheikh mohammad abdalwahab n'est pas mon model, mais bien le prophète.


Quand aux traités des gens de wahabites, sache que al wahab est un nom d'Allah pour information, donc utiliser un nom d'Allah pour dénigre des gens, n'est ce pas la un rabaissement de ton seigneur...

Avant de venir de te défouler en racontant des mensonges, réflechit un peu plus...

PS : jusqu'a aujourd'hui, personne n'a répondu à toutes les preuves que j'ai avancés , preuve à l'appuye (regarde en haut...) sur les égarements des tablighs et de leur chouyoukhs, peut être sera tu toi nous expliquer pourquoi mohammad ilyas a sortir eson khourouj d'un rêve, pourquoi so neveu mentait sur le prophète, pourquoi ton cheikh younes de paris ment aussi sur le prophète..elle est belle la dawa des tablighs....




Revenir en haut Aller en bas
Sidali26



Messages : 1
Date d'inscription : 08/04/2012

MessageSujet: Re: Le Tablîgh est-il une innovation religieuse (bid’a) ?   Dim 8 Avr - 16:45

AL hamdoulilah rabi al 3alamin wa salato wa salamo 3ala achrafi al anbia wa al moursalin nabyina MOHAMMED sala ALLAHO 3alaih wa salam

Mon frère abunawfal je tiens tout d abord a te remercié pour les efforts fournies afin de monter la vérité a nos frères égarer. Comme on dit " FAKIDO AL CHAI I LA YOU3TIH " traduction celui qui n'a rien ne donne rien , pour quoi je t citer cela ces parce que j'ai constater MASHALLAH dans tes écritures que tu les appeler a te fournir des preuves concrete du saint coran et de la SUNNA motahara. tu c'est très bien que moi que malheuresement LES TABLIGH la yatloubona al 3ilm traduction ils n'apprennent pas la chari3a. et la sciences comme la définie sheikh al islam Ibn al quaim rahimaho ALLAH il dit " AL 3ILMO KALA ALLAHO WA KALA RASSOULOHO WA KALA AL SAHABATO LAISA BITAMWIHI MA AL 3ILMO NASBAKA LIL KHILAFI SAFAHATAN BAYNA RAI AL RASSOULI WA RAI FAKIHI " traduction en générale la sciences "chari3a" c'est avant tt ce qu'a dit ALLAH et ce qu'a dit notre prophète MOHAMMED SALA ALLAHO 3ALAIH WA SALAM ET CE QU4A DIT LES COMPAGNONS. Alors cher fréres comment veut tu que cette JAMMAA te fournissent des preuves du coran " LA YASTATI3OUNA ILA DALIKA SABILA " ET POUR etre bref celui qui veut fair la DAWWA il lui faut la sciences. a quoi il prêchent cette jamaa. vous savez que lui plus important dans notre religion c'est bien TAWHID LE MONOTHEISME. cette jamaa ne connais rien du TAWHID et meme PIRE aller voire dans leur pays D'ORIGINES ce qu'ils pratiquent comme rites des associateurs. " mouchrikin" moi je l'ai connais tres bien cette jamaa. une fois je commencer juste la prière et j'aller a la mosquer comme chaque musulmans et apres la priéres il font une HALKA dans la mosquée leur leader nous a insiter a aller fair la DAWAA comme il disnet ziara "VISITE" et aller voir des gens dasn la rue et leur parler moi je ne connaissait rien je me suis dit. que vais je leur dire a ces gens. je ne suis min ahli al daawa. tt cela pour vous dire qu'ils ne donnet pas d'importance a la sciences " AL 3ILM ". LA PROCHAINE FOIS JE VOUS ÉCRIRAIS UN ARTICLE ON VOUS citons leurs innovations. wa asalamo 3alaikoum wa rahmato ALLAHI wabarakatoho.

Revenir en haut Aller en bas
abunawfal



Messages : 69
Date d'inscription : 23/07/2010

MessageSujet: Re: Le Tablîgh est-il une innovation religieuse (bid’a) ?   Mar 10 Avr - 12:29

A salam 'alayka,

baarakallahou fika pour ton témoignage qui nous éclaire encore une fois sur la réalité de cette jama'a, et que certains orgueilleux s'entête à défendre par des mensonges et autres tromperies. Ne craignez vous donc pas Allah?

N'hésites pas mon frère à apporter ton témoignage sur du vécu car cela pourra, si Allah le veut, faire réfléchir certaines personnes.

Revenir en haut Aller en bas
smohamed



Messages : 1
Date d'inscription : 26/07/2012

MessageSujet: Re: Le Tablîgh est-il une innovation religieuse (bid’a) ?   Jeu 26 Juil - 12:24

les gens critiquent la jamaat sans connaître réellement les fondements. Mais je vous invite solennellement si vous craignez ALLAH comme vous le prétendez d'aller raisonner leurs mouftis et leurs maulanas en Inde et au Pakistan au lieu de discourir selon vos propres émotions. Tout ce que je sais, ALLAH TAALA dit:`Dis :voici ma voie, j'appelle à la réligion d'ALLAH moi et ce qui me suivent nous basant sur une preuve évidente. Gloire à ALLAH et je ne suis point du nombre des polythéistes`Coran 12:108.
Je vous demande comment voulez -vous qu'on pratique ce ayat? Et à qui est-il adressé? Et dressez-moi toute la politique et stratégie de Nabi(saw) pour que le souci de Nabi(saw) d'épargner toute sa oumma de l'enfer soit mise en marche.
Revenir en haut Aller en bas
abunawfal



Messages : 69
Date d'inscription : 23/07/2010

MessageSujet: Re: Le Tablîgh est-il une innovation religieuse (bid’a) ?   Ven 27 Juil - 10:02

A salam 'alayka,

malheureusement mon frère Mohamed, et comme toujours avec les gens qui les défendent, tu t'avances trop rapidement et poussez par ta frénésie, tu oublies certaines choses :

1 - je peut discuter avec toi des fondements de cette jama'a, en me basant sur des paroles des chouyoukhs de cette jam'a, référence à l’appuie, et tu verras que comme beaucoup de gens qui les défendent aveuglément (et je pèse mes mots) , tu connais rien de la réalité de cette jama'a. Sinon, alors pourquoi n'as tu pas consulter ce que j'ai apporter comme preuves des propos de mohammas ilyas, mohammad youssouf ainsi que mohammad zakarya, qui ont été des émirs et guide det cette jama'a. Que dit tu du chirk contenu dans leur propos, des mensonges sur le prophète, appel à l’innovation... Tu n'as rien lu de tout cela, donc je te conseil vivement de regarder plus haut dans le post, de prendre le soin de retourner au référence que j'ai apporter, et après si tu le souhaites, on pourra disuter..Mais comme d'habitude, je pense que tu fuiras la vérité pour aller te consoler et te persuader que tu suis la vérité....on prendre le parie????



2 - des grands savants , et non des moindres, on écrit des livres pour conseiller cette j'ama, et leur émir, parmi eux, le cheikh taqi dine al hilali, le cheikh hamoud touajiri (qui était un éléève du chyeikh ibn baz) et d'autres encore....donc moi je n'ai rien à ajouter la dessus...je me contente simplement à mon niveau de conseiller les tablighs près de chez moi, et d'invoquer pour eux....


3 - concernant ta parole je cite :
Citation :
Tout ce que je sais, ALLAH TAALA dit:`Dis :voici ma voie, j'appelle à la réligion d'ALLAH moi et ce qui me suivent nous basant sur une preuve évidente.

Cette parole d'Allah est une preuve contre toi mon frère, car Allah dans son livre nous demande d'appeler avec preuve, science comme l'ont interprété les savants du tafsir à travers le mot 'basirra' hors vous gens du tabligh, vous n'avez aucune science!!!!
Et comment peut il en être autrement quand je vois un jeune convertit qui viens de commencer la prière depuis 1 jour et qu'on lui demande de faire un bayan, ou d'aller taper à la porte des gens pour leur parler d'Allah!!!!!

4 - Pour ce qui est de la stratégie à aborder, elle est simple, et si tu souhaites que je te l'expose, alors pas de souci, tu verras que je me contenterai de t'apporter des preuves du coran et de la sunna, selon la compréhension de nos pieux prédécesseurs, pas comme les tablighs qui n'hésitent pas à mentir sur le prophète pour justifier leurs mensonges, à nous raconter des histoires fantastiques comme celle de la baleine, celle des gorilles en Amazonie, et autres ....
Revenir en haut Aller en bas
ali



Messages : 349
Date d'inscription : 07/07/2008

MessageSujet: Re: Le Tablîgh est-il une innovation religieuse (bid’a) ?   Lun 6 Aoû - 9:20

Revenir en haut Aller en bas
ali



Messages : 349
Date d'inscription : 07/07/2008

MessageSujet: Re: Le Tablîgh est-il une innovation religieuse (bid’a) ?   Mer 8 Aoû - 20:08

Revenir en haut Aller en bas
abunawfal



Messages : 69
Date d'inscription : 23/07/2010

MessageSujet: Re: Le Tablîgh est-il une innovation religieuse (bid’a) ?   Lun 20 Aoû - 5:08

'alayka salam

Muslim rapporte d’après Jabir : "Le Prophète (salallahu a‘layhi wa salam) avait beaucoup de barbe"

Anas rapporte : « La barbe du Prophète (salallahu a‘layhi wa salam) couvrait son visage de là jusque là. » et il passa sa main de long en large.

Jarir rapporte de Zaid ibn Habib l’histoire des deux envoyés de Chosroes (des perses), il dit : « Tous deux rentrèrent chez le prophète (salallahu a‘layhi wa salam) (alors que leurs barbes étaient rasées et leurs moustaches non taillées) qui s’abstint de les regarder par dégoût, et il leur dit : Malheur à vous ! Qui vous a ordonné de faire cela ? Ils dirent : C’est notre seigneur qui nous l’a ordonné (Chosroes). Le Prophète répliqua : Moi, mon Seigneur m’a ordonné de laisser pousser ma barbe et de tailler ma moustache. »


Bukhari et Muslim ont rapporté dans leurs recueils de hadiths authentiques d’après ‘Abdullah ibn ‘Umar que le Prophète (salallahu a‘layhi wa salam) a dit : « Différenciez-vous des polythéistes et laissez poussez vos barbes et taillez vos moustaches ».


Abu Hurayrah rapporte que le Prophète (salallahu a‘layhi wa salam) a dit : « Les polythéistes laissent pousser leur moustache et se taillent la barbe, différenciez-vous donc d’eux, laissez pousser vos barbes et taillez vos moustaches. »
Revenir en haut Aller en bas
ali



Messages : 349
Date d'inscription : 07/07/2008

MessageSujet: Re: Le Tablîgh est-il une innovation religieuse (bid’a) ?   Mer 22 Aoû - 7:59

salam


1le roi de l'arabie saoudite et d'autres non que les moustaches.

manque t-ils des savants en arabie.


2-la barbe n'est pas un sixieme pilier de l'islam.

pire en ne comprend meme pas ce que dit le savant sur la video et polymique sur la barbe (sujet deja traite dans ce forum) et qui ne doit pas prendre plus de temps que l'ignorance et la mauvaise comprehension de l'islam.

3-pourquoi certains savants n'on pas la barbe , et pourtant une grande reference dans l'islam.

je site "nabulsi"


4-la barbe est t- elle le premier fondement de l'islam . n'existe t elle pas avant l'arivée de lislam avec les amamates et d'aute coutumes chez les arabes.


la barbe est elle fardh ,wajib ou moustahab.

quels sont les buts de la chariaa

regardant savament les sujets !

enfin as tu compris ce que dit adnane ibrahim dans la video

au moin lui il a plus de barbe que le roi d'arabie
Revenir en haut Aller en bas
ali



Messages : 349
Date d'inscription : 07/07/2008

MessageSujet: Re: Le Tablîgh est-il une innovation religieuse (bid’a) ?   Jeu 23 Aoû - 8:28

'alayka salam,

je cite

"quelle est le but de cette vidéo montrant un agité la barbe bien taillé (ce qui est un peché dans l'islam je le rappelle pour certains qui auraient la mémoire courte )???"




apres la lecture de la reponse du Sheikh Jâd Al-Haqq `Alî Jâd Al-Haqq , nous avous le droit de faire la difference entre ceux qui ont le savoir et l'indulgence et ceux qui n'ont ni savoir , ni indulgence.


regardant savament les sujets !



Question
Est-il licite ou illicite de se raser la barbe ? Veuillez nous répondre preuve à l’appui. Que Dieu vous bénisse.

Réponse de Sheikh Jâd Al-Haqq `Alî Jâd Al-Haqq
Parmi les questions juridiques secondaires, figure la question de la barbe. De nombreuses divergences existent concernant son port et son rasage, au point que certaines personnes font du port de la barbe un signe distinctif du croyant.

En réalité, les juristes considèrent, de manière unanime, que laisser pousser sa barbe et ne pas la raser correspond à la tradition du Prophète — paix et bénédictions sur lui — qui avait une barbe dont il prenait soin en la lavant, en la peignant et en la taillant afin qu’elle épouse harmonieusement les formes du visage et l’allure générale. Les Compagnons — qu’Allâh les agrée — ont immité le Messager — paix et bénédictions sur lui — dans ses gestes et ses choix. Divers hadiths prophétiques incitent à porter la barbe, à en prendre soin et à ne pas la raser, à l’instar des hadiths qui incitent à l’usage du bâton d’arak, à se couper les ongles et à se rincer le nez à l’eau.

Les juristes considèrent de manière unanime également qu’il est requis de laisser pousser sa barbe, mais ils divergent sur le caractère obligatoire ou recommandé de cette pratique [1]. Certains juristes optent pour l’obligation. La preuve la plus probante qu’ils avancent pour soutenir leur opinion est le hadith rapporté par Al-Bukhârî dans son Sahîh selon Ibn `Umar relatant que le Prophète — paix et bénédictions sur lui — dit : « Différenciez-vous des polythéistes : laissez pousser vos barbes et coupez vos moustaches. » Ils se fondent aussi sur le hadith rapporté par Muslim dans son Sahîh selon Ibn `Umar relatant que le Prophète — paix et bénédictions sur lui — dit : « Coupez vos moustaches et laissez pousser vos barbes. » Ces juristes y voient un commandement de laisser pousser sa barbe, rappelant qu’à l’origine l’impératif signifie l’obligation, sauf si un indice lui confère un autre sens, et qu’en l’espèce un tel indice n’existe pas. Ils rappellent également qu’il est obligatoire de se différencier des polythéistes. Ils concluent donc que laisser pousser sa barbe est obligatoire. L’Imâm An-Nawawî dit dans son commentaire du hadîth « Coupez vos moustaches et laissez pousser vos barbes. » que cinq narrations traitent du fait de laisser pousser sa barbe et que, malgré les variations de leurs énoncés, elles indiquent toutes qu’il faut laisser sa barbe intacte.

L’une des conséquences de la sentence affirmant l’obligation de laisser pousser sa barbe, telle que rapportée par Ibn Qudâmah le hanbalite dans Al-Mughnî, consiste à exiger le prix du sang (ad-diyah) pour tout attentat aux poils de la barbe selon Ahmad, Abû Hanîfah et Ath-Thawrî. Ash-Shâfi`î et Mâlik penchent, quant à eux, pour une compensation décidée par un tribunal. Ceci indique que porter atteinte aux poils de la barbe de sorte qu’elle ne pousse plus était considéré par les juristes comme un crime exigeant une compensation : soit l’intégralité du prix du sang, selon l’avis des Imâms Abû Hanîfah, Ahmad et Ath-Thawrî, soit une compensation dont l’estimation est laissée à l’appréciation des spécialistes, selon les vues des Imâms Mâlik et Ash-Shâfi`î.

D’autres juristes affirment que laisser pousser sa barbe est une sunnah méritant une rétribution mais dont l’abandon n’appelle pas un châtiment. Pour eux, se raser la barbe est détestable [1], mais n’est pas illicite et ne compte pas parmi les péchés majeurs. Ils fondent leur avis sur le hadîth rapporté par Muslim dans son Sahîh, selon `Â’ishah, relatant que le Prophète — paix et bénédictions sur lui — dit : « Dix dispositions font partie de la nature saine (al-fitrah) : Se couper la moustache, laisser pousser sa barbe, user du bâton d’arak, se rincer le nez à l’eau, se couper les ongles, se laver les phalanges, s’épiler les aisselles, se raser l’aîne, faire sa toilette intime (al-istinjâ’). » Mus`ab — le narrateur — dit : « J’ai oublié la dixième disposition, à moins que ce soit le rinçage de la bouche. »

Ce hadith montre que se laisser pousser la barbe fait partie des actes sunnah recommandés étant donné que le hadith ne mentionne que des sunan [2] coutumières. Les tenants de l’obligation leur ont répliqué que le fait de laisser pousser sa barbe fait l’objet d’un hadith spécifique qui le sort du champ de la simple recommandation et en fait une obligation, à savoir le hadith susmentionné « Différenciez-vous des polythéistes... ». Les juristes affirmant le caractère sunnah de cette pratique ont répondu que l’ordre de se différencier des polythéistes n’exprime pas nécessairement une obligation car, si tout ce qui s’écarte de la pratique des polythéistes était obligatoire, il serait obligatoire de se teindre les cheveux, en vertu du hadith rapporté par Al-Bukhârî, Muslim, Abû Dâwûd, At-Tirmidhî et An-Nasâs’î : « Les Juifs et les Chrétiens ne se teignent pas les cheveux, différenciez-vous d’eux. » Or, le salaf [3] est unanime sur le caractère facultatif de la teinte des cheveux ; certains Compagnons se teignaient les cheveux, d’autres ne le faisaient pas, comme le rappelle Ibn Hajar dans Fath Al-Bârî. Ils ont aussi appuyé leur opinion par le récit mentionné dans Nahj Al-Balâghah : « On interrogea `Alî — qu’Allâh honore sa face — au sujet de la parole du Messager — paix et bénédictions sur lui — : “Changez vos cheveux grisonnants, et n’imitez pas les Juifs.” Il répondit : “Le Prophète a dit cela alors que la religion était minoritaire, mais maintenant qu’elle s’est répandue, chacun peut faire comme bon lui semble.” »

C’est pourquoi certains savants affirment que le plus juste consisterait à recommander en matière de barbe, à l’instar de la teinte des cheveux, de respecter les us et coutumes du lieu où l’on se trouve, voire si l’on laissait ces questions à l’appréciation de chacun selon les circonstances qu’il traverse, il n’y aurait aucun mal à cela. Voyant Abû Yûsuf — le compagnon d’Abû Hanîfah — porter des sandales à clous, on lui dit que tel ou tel savant trouvaient cela détestable car cela ressemble à ce que font les moines. Il répondit que le Messager d’Allâh — paix et bénédictions sur lui — portait des sandales à crin et que cela ressemble aussi à ce que font les moines...

Les savants disent fréquemment que, d’une part, l’impératif figurant dans une grande partie des narrations rapportées de la part du Messager — paix et bénédictions sur lui — concernant ce genre de questions peut aussi bien signifier l’obligation que la recommandation de ce qui est meilleur, et, d’autre part, la ressemblance avec les adeptes des autres religions n’est illicite que lorsqu’il s’agit d’imiter l’une des caractéristiques de leurs religions, mais le fait de leur ressembler dans les us et coutumes générales, cela n’est ni mauvais, ni détestable, ni illicite.

Eu égard à tous ces éléments, on conclut qu’il est tout à fait acceptable d’affirmer que laisser pousser sa barbe est souhaitable, et que cela fait partie des traditions islamiques qu’il faut préserver. Par ailleurs, celui qui laisse pousser sa barbe sera rétribué pour ce geste, tandis que celui qui la rase commet une chose détestable [1] ne constituant pas un péché, étant donné les preuves avancées par le second groupe de juristes.

Et Dieu est le plus savant.

Revenir en haut Aller en bas
abunawfal



Messages : 69
Date d'inscription : 23/07/2010

MessageSujet: Re: Le Tablîgh est-il une innovation religieuse (bid’a) ?   Jeu 23 Aoû - 11:41

Salam 'alayka,

mon frère Ali, tu n'as rien trouvé de mieux qu'un soufi pour défendre ton opinion???

Au lieu de nous "balancer" des copier coller d'internet, je pense que tu devrais retourner aux avis des "vrais" grands savants de l'islam sur la question, chose que je vais me charger de t'enseigner en te préparant une belle réponse qui stoppera nette toute question autour de ce sujet inshallah....

Comme le disais le cheikh al outheymine, suit les preuves puis crois, et ne crois pour ensuite chercher les preuves car tu t'égareras...médite bien sur cette parole sage car beaucoup de gens à notre époque, comme toi apparemment, tombe dans cette erreur de suivre leur passion et d'aller par la suite sur le net chercher toute trace d'une fatawa ou parole d'un inconnu qui iraient dans son sens...
Revenir en haut Aller en bas
ali



Messages : 349
Date d'inscription : 07/07/2008

MessageSujet: Re: Le Tablîgh est-il une innovation religieuse (bid’a) ?   Ven 24 Aoû - 7:32

salam frére abunawfal


allah ihdik,


ne soit pas aussi dure en face de la verite que tu refuses .


deja ton jugement :"la barbe bien taillé (ce qui est un peché dans l'islam)"


maintenant tu vas chercher des arguments .

allah ihdik tous les savants meritent respect.


celui qui dit je sais ,est un ignoran.

nous sommes freres à la recherche de la verite et non a la polymique et la division .

respect de la verite scientifique musulmane , et ses methodes reconnues par les savants.

la reponse de Alî Jâd Al-Haqq est objective.raisonnable.


Au nom de Dieu, le Tout Miséricordieux, le Très Miséricordieux.

43. Nous n’avons envoyé, avant toi, que des hommes auxquels Nous avons fait des révélations. Demandez donc aux gens du rappel(Cool si vous ne savez pas.

(les abeilles 43)


36. Et ne poursuis pas ce dont tu n’as aucune connaissance. L’ouïe, la vue et le cœur: sur tout cela, en vérité, on sera interrogé. (israa 36)


116. Et ne dites pas, conformément aux mensonges proférés par vos langues: «Ceci est licite, et cela est illicite», pour forger le mensonge contre Allah. Certes, ceux qui forgent le mensonge contre Allah ne réussiront pas.(les abeilles 116)


*****************************************************************

une video:


Cheikh Al Uthaymine (rahimahu Allah) : Ne te réclames d'aucun groupe !

https://www.youtube.com/watch?v=rhRvHgPaqpU

********************************************************************

qui' est: Alî Jâd Al-Haqq


Né en 1917, au village de Batrah, Province de Daqahliyyah, Égypte
Décédé en 1996, au Caire
Le rôle d’Al-Azhar n’était pas d’enseigner ou de former des savants et prédicateurs uniquement. Il était au cœur de la société et de la vie des gens. C’était la citadelle de ceux qui fuyaient l’injustice ou la tyrannie. Il punissait les injustes et soutenait la cause des opprimés. Lorsque Murâd Bek, une personnalité éminente parmi les Mamelouks sous le règne des Ottomans, attaqua des foyers égyptiens au Caire en 1785 et leur amputa injustement leur propriété, les opprimés se dirigèrent vers Sheikh Ahmad Ad-Dardîr, qui était l’un des grands savants d’Al-Azhar. Celui-ci se révolta contre cette injustice et commença à mettre en place une rébellion contre cette tyrannie. Ibrahim Bek qui dirigeait le pays avec Murâd Bek eut des échos de la révolte de Sheikh Ahmad. Inquiet de des conséquences de l’action de ce Sheikh, il lui envoya ses excuses et lui promit d’intervenir personnellement et de rectifier dans les meilleurs délais cette erreur.

Dix ans après cet incident, Sheikh `Abd Allâh Ash-Sharqâwî, le Grand Imâm d’Al-Azhar, dirigea une révolte pour regagner des droits violés, pour repousser la tyrannie, lorsqu’un groupe de paysans de la ville de Balbîs de la province de la Sharqiyyah lui adressèrent une plainte dénonçant l’injustice de Muhammad Bek Al-Alfî. Cette révolte ne prit fin qu’après la signature d’un traité stipulant l’interdiction de tout impôt n’ayant pas été agréé par les députés du peuple, ainsi que le devoir de recourir à la loi et de respecter le droit pour les personnes influentes.

C’est également Al-Azhar, sous l’Imamat de Sheikh `Abd Allâh Ash-Sharqâwî, qui constitua la grande forteresse de la résistance et la lutte contre l’invasion francaise, malgré les tentatives de Bonaparte de séduire les savants d’Al-Azhar.

Plus tard, en 1919, les savants d’Al-Azhar et ses étudiants participèrent à la révolution menée par Ahmad `Urâbî. La Mosquée et sa cour étaient devenues un centre de réunion pour préparer la révolution et nombreux étaient les hommes qui moururent en martyr devant les portes d’Al-Azhar.

La mission de ces savants était de porter la science et de la transmettre, mais aussi de guider le peuple, de vivre ses soucis et ses peines, de combattre pour le respect de ses droits et de repousser les injustices lorsque les tyrans abattaient le fouet de l’oppression sur lui.

Sheikh Jâd Al-Haqq était l’un de ces savants qui occupèrent le poste de Grand Imâm d’Al-Azhar. Son Imamat fut marqué par son courage, son intégrité, son scrupule et sa responsabilité, d’autant plus qu’il dirigea Al-Azhar dans des conditions difficiles où les politiques et les lois mettaient du plomb dans les ailes de l’illustre Mosquée-Université, pour annuler son indépendance et réduire son autorité.

Sa Naissance et sa jeunesse
Il naquit dans le village de Batrah affilié à Talkhah dans la Province de Daqahliyyah, le jeudi 5 Avril 1917. Il reçut son éducation élémentaire dans l’école coranique de son village où il mémorisa le Noble Coran et apprit l’écriture et la lecture. Puis, il partit à l’Institut Ahmadî à Tantâ - institut Azharite portant le nom de Sidi Ahmad Al-Badawî - où il termina le cycle primaire et débuta le cycle secondaire, qu’il termina à l’Institut Islamique au Caire. Au terme du cycle secondaire, il se dirigea vers la Faculté de la Sharî`ah (Législation Islamique) où il obtint le diplôme d’Al-`Âlamiyyah en 1944. Il suivit deux ans de spécialisation qui lui permirent d’accéder aux postes juridiques dans les tribunaux.

Après avoir obtenu son diplôme de spécialisation en 1946, Sheikh Jâd Al-Haqq travailla dans les tribunaux shar`i (appliquant la législation islamique), puis en 1953, il fut nommé secrétaire de la Fatwa dans la Maison de l’Iftâ Egyptienne. Il retourna aux tribunaux islamiques un an plus tard, puis évolua dans la hiérarchie des tribunaux jusqu’en 1978.

Les tribunaux où il exerça ses fonctions sauvegardèrent dans leurs archives les dossiers qu’il avait traités. Souvent ils renfermaient des études riches relatives à l’application du Droit et des Ijtihâds juridiques pour les questions sans antécédents.

Sheikh Jâd Al-Haqq, Mufti d’Égypte
Il fut nommé Mufti d’Égypte en 1978. Il oeuvra pour amplifier les activités du centre de Fatwâ et la préservation de son patrimoine juridique. Il décida de compiler à partir des archives les Fatwas comportant les analyses juridiques les plus importantes et les plus demandées. Il réunit alors ces Fatwas dans une encyclopédie d’une vingtaine de volumes, constituant un précieux patrimoine juridique qui répond à de très nombreuses questions modernes qui préoccupent la communauté musulmane et qui s’appuie sur les fondements de la législation islamique et ses sources. Cette encyclopédie des Fatwas englobe près d’un siècle d’activité du Centre de Fatwa, entre 1895 et 1982. Les volumes 8, 9 et 10 contiennent les Fatwas qu’il a émises en tant que Mufti d’Égypte, et recouvrent près de 1328 Fatwas.

Sheikh Jâd Al-Haqq, Grand Imam d’Al-Azhar
En janvier 1982, Sheikh Jâd Al-Haqq occupa la fonction de Ministre des Donations Islamiques. Il quitta ce poste deux mois plus tard pour devenir, le 17/03/1982, Grand Imâm d’Al-Azhar. C’était le début d’une ère florissante pour Al-Azhar tant sur le plan de l’Université elle-même que sur le rôle d’Al-Azhar et sa mission en tant qu’autorité religieuse et responsable de l’enseignement islamique en Égypte.

L’occupation de divers postes juridiques dans les tribunaux, et ce depuis sa jeunesse, se refléta dans l’Imamat de ce sheikh. C’était un homme imprégné par les études juridiques rigoureuses et objectives, la recherche de la vérité et la justice pour l’intérêt public et privé, loin de la passion et des sentiments excessifs ou déplacés.


Ses prises de position
Il fut connu pendant son Imamat pour son courage et son intégrité, même si le prix était de contredire les passions des gens ou se heurter à la colère des hommes au pouvoir. Lorsqu’il devint Grand Imâm d’Al-Azhar, il soutint le Jihad Afghan contre l’envahisseur russe et considéra les évènements en Bosnie-Herzégovine comme de nouvelles croisades visant à exterminer des musulmans. Il appela au soutien des musulmans et la défense de leur cause où qu’ils soient. Il rappela cela pour la Tchétchénie et la Palestine.

Il eut une position très claire vis-à-vis de l’amélioration des relations avec Israël. Il s’y opposa fermement, malgré le traité de paix signé entre l’Égypte et Israël et malgré l’orientation politique vers l’amélioration de ces relations. Ainsi, il émit une Fatwa interdisant la visite d’Al-Quds (Jérusalem) jusqu’à ce qu’elle soit libérée et refusa de recevoir la moindre délégation israélienne souhaitant visiter Al-Azhar, en dépit du mécontentement éventuel de certains hommes politiques.

Rayonnement d’Al-Azhar
Sheikh Jâd Al-Haqq dépensa beaucoup d’énergie pour répandre l’enseignement d’Al-Azhar en construisant de nouveaux Instituts islamiques qui lui sont affiliés dans tout le territoire. La renommée du Sheikh et la confiance que les gens lui accordaient expliquent les nombreuses donations et actions financières faites pour soutenir ces projets et les mener à bien. Ainsi, l’Égypte compta sous son Imamat cinq mille Instituts Islamiques affiliés à Al-Azhar. Il fonda par ailleurs un certain nombre de facultés azharites dans les grandes villes et provinces égyptiennes.

Aussi, pour faciliter aux gens l’apprentissage des jugements légaux qui touchent leur vie au quotidien, il étendit l’action du Centre de Fatwa d’Al-Azhar au Caire en fondant vingt cinq centres de Fatwas locaux, dans les provinces qui accueillent un Institut ahzarite. Il sélectionna les plus brillants des savants et les mieux à même de délivrer les Fatwas pour travailler dans ces centres soutenus par les ouvrages et les références nécessaires.

Ses Écrits
Sheikh Jâd Al-Haqq laissa de nombreux ouvrages, les plus importants étant :

1.Al-Fiqh Al-Islâmi wa Murûnatahu wa Tatawwuruh
La jurisprudence islamique, sa souplesse, et son évolution.


2.Buhûth wa Fatâwâ Islâmiyyah Fî Qadâyâ Mu`âsirah
Études et Fatwas sur des questions contemporaines, dont quatre volumes ont été édités. Ils recouvrent les Fatwas que le Sheikh a données en tant que Grand Imâm d’Al-Azhar.


3.Risâlah fîl-Ijtihâd wa Shurûtih
Traité sur l’Ijtihâd et ses prérequis


4.Risâlah fil-Qadâ’ Al-Islamî
Traité sur la Magistrature Islamique
Ses livres révèlent sa méthodologie dans l’approche juridique. Pour une question donnée, il commence par les définitions linguistiques, puis le sens juridique, puis il poursuit avec l’exposition des jugements légaux selon les quatre Écoles de Jurisprudence prévalentes ainsi que les autres opinions solides et étayées, puis il précise à la fin l’opinion qui lui paraît la plus juste et celle qui, selon lui, réalise au mieux les finalités voulues par Le Législateur Le Très Sage.

Le rang du Sheikh
Sheikh Jâd Al-Haqq était un homme de science doté d’un savoir abondant, d’un esprit intelligent et vif, et d’une opinion posée et pertinente. Il réussit à sélectionner un ensemble de savants d’Al-Azhar qu’il employa au service de l’islam et sa défense contre les attaques des calomniateurs et des malintentionnés.

Le monde musulman reconnut le rang de ce savant et lui décerna quelques prix en guise de reconnaissance pour ses efforts. Dans la remémoration et la célébration du millénaire d’Al-Azhar, en 1983, on lui décerna Wishâh An-Nîl (l’Écharpe du Nil) - le prix le plus élevé accordé en Égypte. Le Maroc lui donna également la médaille de « La Compétence Intellectuelle et Scientifique » avec excellence. En 1995, il obtint le prix mondial du Roi Faysal pour les services rendus à l’islam.

Après une longue vie au service de l’Islam, Sheikh Jâd Al-Haqq `Ali Jâd Al-Haqq, décéda suite à une crise cardiaque, le vendredi 15 mars 1996, à l’âge de 79 ans. Qu’Allâh lui fasse miséricorde et qu’Il le récompense généreusement.



*********************

"mon frère Ali, tu n'as rien trouvé de mieux qu'un soufi pour défendre ton opinion???"

allah ihdik

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le Tablîgh est-il une innovation religieuse (bid’a) ?   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le Tablîgh est-il une innovation religieuse (bid’a) ?
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LIMADA ? :: lA JAMAAT A TABLIGH est elle un bien ou un danger pour l'islam ?-
Sauter vers: