LIMADA ?
LIMADA ?

La remise en liberté de Tariq Ramadan acceptée
 
AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerConnexion
Rechercher
 
 

Résultats par :
 
Rechercher Recherche avancée
Derniers sujets
Navigation
 Portail
 Index
 Membres
 Profil
 FAQ
 Rechercher
Forum
Partenaires
Forum gratuit



Tchat Blablaland



Partagez | 
 

 l aïd el kebir

Aller en bas 
AuteurMessage
hud



Messages : 287
Date d'inscription : 18/08/2008

MessageSujet: l aïd el kebir   Lun 24 Nov - 7:30

ARCHIVE



Des mêmes auteurs

*


Et voici encore une autre occasion où les musulmans de France et peut être des autres pays vont pleurnicher sur leur sort à l’occasion de la fête du sacrifice d’Abraham que l’on nomme ironiquement fête du mouton ; il a bien de la chance lui (le mouton ?). Revenons au cas des musulmans de France qui doivent se débrouiller ce jour de recueillement pour pratiquer leur rite. L’aventure commence d’abord par espérer que ce jour de fête tombe un week-end pour ne pas affronter son patron, qui probablement, va profiter de cette occasion pour faire quelques remarques désobligeantes et peut être même blessantes. Si c’est raté, il faut ensuite réussir à obtenir, ou plus exactement, à décrocher un jour de repos. L’achat de mouton ne pose pas de problème maintenant, vu la valeur marchande que représente la communauté musulmane de France. Le problème, c’est de trouver un lieu de sacrifice que l’on peut appeler lieu d’abattage. Pour cet acte, les gens font ce qu’ils peuvent. Nous avons même entendu parler de "ces gens qui tuent leur mouton dans la baignoire". Sans faire une étude sociologique, il faut dire que ce fait existe ( le système "D" est bien connu par les humains). D’autres le font dans les fermes où ils achètent leur mouton avec l’accord de l’éleveur, je pense. Cependant, la plus part des gens préfèrent aller à l’abattoir pour une question de propreté et d’hygiène. Mais il faut trouver l’abattoir qui ouvre ses portes aux musulmans. Il n’y en a pas beaucoup, même un jour en semaine. Le week-end, il ne faut pas trop en demander. A titre d’exemple, pour les deux départements de la Drôme et de l’Ardèche, il n’y a que quatre abattoirs qui seront ouverts. Les gens doivent faire des centaines de kilomètres et passer les trois quarts de la journée dehors pour trouver une solution. Le Préfet de l’Ardèche a même publié un arrêté interdisant l’abattage dans les fermes, sous peine d’une amende de 2650 euros pour le pratiquant et 700 euros, environ, pour le fermier qui autorise l’abattage chez lui. Alors comment peut-on faire ? Surtout lorsqu’on n’a pas de moyen de transport. N’est-ce pas un problème de santé publique, Messieurs les Préfets. Vous avez le devoir de réquisitionner les abattoirs qui ne veulent pas ouvrir à cette occasion, car vous en avez le pouvoir. Nous avons bien des devoirs mais aussi des droits, comme le droit de pratiquer sa religion dans les meilleures conditions. Si les pouvoirs publics ont le courage de dénoncer les pratiques indésirables, il faut qu’ils aient ce même courage pour aider une partie de la population à vivre dignement. Il y a bien des mots chocs que les responsables utilisent pour se faire remarquer ou pour marquer des points au niveau électoral. Mais ces mêmes mots choquent une partie de la population qui se sent visée malgré tout. Un exemple très simple : quand on entend à la radio ou à la télévision, à la veille du jour J : "le musulman s’apprête à égorger son mouton", beaucoup de gens voient en lui un barbu, assoiffé de sang tenant entre ses dents un grand couteau. Et pour bien assaisonner le reportage, on interview, quelqu’un, de préférence responsable de quelques chose ou il y a des mots comme communauté, musulmane, pour expliquer quelque chose, souvent dans un français très médiocre. Enfin, la commande est honorée et la communication est réussie. Ce récit n’est pas exagéré et ce n’est pas non plus de la paranoïa, mais c’est une vérité que tout le monde doit accepter parce qu’il exprime un sentiment partagé. C’est à cette image négative et fausse que les médias doivent absolument s’attaquer pour réparer les dégâts. Les musulmans ne sont pas plus amoureux de l’hémoglobine que le reste de la population. Beaucoup d’entre eux ne peuvent pas voir du sang couler et n’osent pas écraser un insecte. Et oui ! Ceci semble tellement évident qu’on l’a souvent oublié ou probablement ignoré. Pourquoi les musulmans ne sont pas traités équitablement dans notre pays des droits de l’Homme ? Ce pays qui compte parmi sa population des musulmans depuis très longtemps. L’Histoire nous rappelle que la France connaît les musulmans depuis 1830. Parmi ces musulmans, beaucoup sont morts pour ses idéaux qu’ils ont étudié dans les livres ou du moins qu’on leur a fait croire. Qu’est ce que l’on attend pour voir la réalité ? Traiter les problèmes d’une partie de la population, même musulmane, n’est pas comme on le vomi souvent : faire le jeu des religieux ou des fanatiques qui veulent imposer leur loi dans ce pays. Il faut arrêter de raconter des énormités. Même s’il y a parmi la population des extrémistes et ceci est d’ailleurs vrai dans toutes les religions, les musulmans de France ne veulent ni islamiser la France, ni appliquer la charia. Les dirigeants de ce pays continuent à faire le coup de l’autruche, comme pour laisser passer les cris de ceux qui souffrent. Si c’est pour gagner du temps c’est raté. Au risque de décevoir quelques racistes ou xénophobes, ces musulmans sont là et ne partent nulle part. Ils sont chez eux dans leur pays. Ils constituent, avec d’autres minorités, un des piliers de cette République généreuse que le monde entier envie. Ils crient haut et fort qu’ils sont Français et qu’ils ont le droit de vivre dans la dignité. L’Islam est, par le nombre de ses fidèles, la deuxième religion de France. Un autre exemple qui mine le sentiment des musulmans de France est celui du refus quasi-général pour les constructions de mosquées ou de lieux de culte. Les pouvoirs publics continuent à refuser les construction de mosquées. Ils faut expliquer encore une fois et plus s’il le faut que les musulmans ne veulent pas islamiser la France. C’est une idée qui est entretenue par les extrémistes islamophobes et racistes. Ces derniers utilisent tous les moyens pour faire peur, pour stigmatiser une partie de la population pour entretenir le doute afin de gagner quelques voies aux élections. Ils utilisent la peur de l’autre en exploitant tous ce qui négatif comme s’ils avaient un doute sur leur fois et sur leurs convictions Les représentants de la République Française ont failli à leurs devoirs. Les musulmans ne sont bons qu’aux approches des élections, c’est tout. Ils continuent à être stigmatisés et ils l’ont toujours été, même avant le 11 septembre. L’arabe, le musulman , l’Islam, Mohamed, Mamadou... réclament l’égalité que l’on brandit chaque fois que l’on parle de la France. Ils demandent qu’on l’applique. Ils sont fatigués de voir que l’on continue à leur refuser les logements, les constructions de lieux de culte, les refus d’accéder aux abattoirs, sans parler des discriminations à l’embauche. Un exemple relativement récent est celui de l’agent de police qui passait un concours interne pour gravir les échelons. Il avait bien été questionné, par un Préfet (s’il vous plait), sur ses pratiques religieuses. Il lui avait aussi posé des questions, sur son épouse et donc sur le foulard et même sur la corruption possible au Maroc, car qu’ils ont même fouillé dans ses origines. N’est-ce pas une affaire très grave, Mesdames, Messieurs les journalistes. C’est une frustration terrible de porter ce fardeau que l’on transmet de génération en génération.


http://larabe.net/article.php3?id_article=39
Revenir en haut Aller en bas
 
l aïd el kebir
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LIMADA ? :: sur les Activites Associatives et la Jalia Musulmanes-
Sauter vers: