LIMADA ?
LIMADA ?

Le projet de la Mosquée Al-Ihsan.
 
AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerConnexion
Rechercher
 
 

Résultats par :
 
Rechercher Recherche avancée
Derniers sujets
Navigation
 Portail
 Index
 Membres
 Profil
 FAQ
 Rechercher
Forum
Partenaires
Forum gratuit



Tchat Blablaland



Partagez | 
 

 Les règles du jeûne en islam: définition, conditions et annulatifs

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
hud



Messages : 253
Date d'inscription : 18/08/2008

MessageSujet: Les règles du jeûne en islam: définition, conditions et annulatifs   Mar 16 Mai - 14:17

[size=32]Les règles du jeûne en islam: définition, conditions et annulatifs[/size]
Le mois béni de Ramadan approche à grand pas avec la permission d’Allah et il incombe donc à chaque musulman et musulmane de connaître les règles du jeûne en islam du mois de Ramadan, ainsi que ses conditions de validité et tout ce qui l’annule.
Règles du jeûne en islam: l’éclaircissement des savants
Dans le livre « La Jurisprudence simplifiée à la lumière du Coran et de la Sunna » supervisé par son Éminence le grand mufti d’Arabie Saoudite Saleh ibn abdelaziz Al cheikh, les règles du jeûne en islam sont bien détaillées et exposent de façon claire tout ce que l’on doit savoir in sha Allah.
Voici quelques extraits traduits du chapitre se référant au jeûne de la page 149 à la page 157.
Définition du jeûne et explication de ses piliers
Définition linguistique du jeûne: se priver de quelque chose
Définition religieuse: privation de nourriture, de boisson et de tout ce qui rompt le jeûne, en ayant l’intention de jeûner, du lever du soleil jusqu’à son coucher.
Piliers: pour la définition religieuse du jeûne, on distingue 2 piliers essentiels qui sont:
1/ Se priver de tout ce qui rompt le jeûne du lever du soleil jusqu’à son coucher
Et la preuve se trouve dans le verset suivant:
« Cohabitez donc avec elles, maintenant, et cherchez ce qu’Allah a prescrit en votre faveur; mangez et buvez jusqu’à ce que se distingue, pour vous, le fil blanc de l’aube du fil noir de la nuit . Puis accomplissez le jeûne jusqu’à la nuit. » (sourate La vache, 187)
Ce qui est voulu ici par le fil blanc et le fil noir: la blancheur du jour et la noirceur de la nuit
2/ L’intention: et cela fait référence au fait que le jeûneur se prive de tout ce qui rompt le jeûne par adoration à Allah l’Exalté
Et la preuve se trouve dans le hadith du Prophète (salla Allahou alayhi wa sallam):
« Les actes ne valent que par leurs intentions, et à chacun selon son intention » Bukhari (1) et Muslim (1907)
 
Conditions de validité et obligation du jeûne du mois de Ramadan
Le jeûne du mois de Ramadan est obligatoire si toutes les conditions suivantes sont remplies:
1/ L’islam: le jeûne n’est ni obligatoire ni valide pour le non-musulman, étant donné que le jeûne est une adoration et qu’elle ne peut pas être acceptée d’un non-musulman. Si le non-musulman venait à se convertir, il ne devra pas rattraper les jours qu’il n’a pas jeûné avant sa conversion.
 
2/ La puberté: le jeûne n’est pas obligatoire pour celui qui n’a pas encore atteint la puberté et ceci selon la parole du Prophète (salla Allahou alayhi wa sallam) « La plume a été levée sur trois choses » et il cite parmi elles, le jeune garçon jusqu’à ce qu’il fasse des rêves érotiques. Toutefois, le jeûne du non-pubère est valide s’il jeûne, lorsqu’il a atteint l’âge du discernement. Il convient ainsi de l’ordonner à jeûner afin qu’il s’y habitue.
 
3/ La raison: le jeûne n’est pas obligatoire pour le fou et le dément selon la parole du Prophète (salla Allahou alayhi wa sallam) « La plume a été levée sur trois choses » et il cite parmi elles, le fou jusqu’à ce qu’il retrouve sa raison.
 
4/ La santé: le jeûne ne s’applique pas et n’est pas obligatoire pour celui qui est malade, mais s’il jeûne, son jeûne est valide, et la preuve se trouve dans le verset où Allah dit:
« Et quiconque est malade ou en voyage, alors qu’il jeûne un nombre égal d’autres jours. » (sourate La vache, 185)
Lorsqu’il n’est plus malade, il se doit de rattraper les jours où il n’a pas jeûné.
 
5/ La résidence: le jeûne n’est pas obligatoire pour le voyageur selon la parole d’Allah:
« Et quiconque est malade ou en voyage, alors qu’il jeûne un nombre égal d’autres jours. » (sourate La vache, 185)
Toutefois, s’il décide de jeûner, son jeûne est valide et il devra rattraper les jours où il n’a pas jeûné (NDT: lors du voyage).
 
6/ L’absence de menstrues et de lochies: en effet, le jeûne n’est pas obligatoire pour celle qui a ses menstrues ou est en période de lochies, il est même interdit selon la parole du Prophète (salla Allahou alayhi wa sallam):
« Une femme qui a ses menstrues ne prie pas et ne jeûne pas, n’est-ce pas? Voici bien la preuve des deux manquements dans sa religion »  Bukhari (304)
Celle qui a ses menstrues ou ses lochies devra rattraper les jours où elle n’a pas jeûné, et ce d’après la parole de Aïcha (qu’Allah lui fasse miséricorde): « S’il nous arrive cela, il nous est ordonné de rattraper le jeûne, mais il ne nous est pas ordonné de rattraper la prière ». Muslim (335)
 
 
Les excuses qui permettent de rompre le jeûne du mois de Ramadan
1/ La maladie et la vieillesse: il est autorisé au malade de rompre son jeûne s’il en est contraint par sa maladie. Toutefois, dès qu’il est rétabli et se trouve en capacité de jeûner, il se doit de rattraper les jours qu’il n’a pas jeûné. Allah le Très-Haut dit:
« Donc quiconque d’entre vous est présent en ce mois, qu’il jeûne! Et quiconque est malade ou en voyage, alors qu’il jeûne un nombre égal d’autres jours. » (sourate La vache, 185)
 
2/ Le voyage: il est permis au voyageur de rompre son jeûne durant le mois de Ramadan. Toutefois, il devra les rattraper.
 
3/ Les menstrues et les lochies: il est obligatoire à la femme en période de menstrues ou de lochies, de rompre son jeûne durant le mois de Ramadan. Il lui est interdit de jeûner et si elle jeûne, son jeûne ne sera pas valide. Et ce, d’après le hadith de Abi Sa’id al-Khudry (qu’Allah soit satisfait de lui) qui rapporte que le Prophète (salla Allahou alayhi wa sallam) a dit: 
« Une femme qui a ses menstrues ne prie pas et ne jeûne pas, n’est-ce pas? Voici bien la preuve des deux manquements dans sa religion » Bukhari (304)
Il lui incombe de rattraper les jours où elle n’a pas jeûné.
 
4/ La grossesse et l’allaitement: il est autorisé à la femme qui est enceinte ou qui allaite, et qui craint pour sa santé à elle ou celle de son enfant à cause du jeûne, de rompre son jeûne. 
La femme enceinte ou allaitante doit rattraper les jours qu’elle n’a pas jeûné, et ce, si elle craignait pour sa santé à elle. Par contre, si la femme enceinte craignait pour la santé du fœtus ou la femme allaitante pour la santé de son nourrisson, elle se doit de nourrir un pauvre pour chaque jour non-jeûné en plus de rattraper les jours où elle n’a pas jeûné. Et ce, selon la parole de Ibn Omar, qu’Allah soit satisfait d’eux, qui a dit:  » La femme allaitante et la femme enceinte, si elles ont peur pour leur enfant, rompent leur jeûne et nourrissent (un pauvre par jour non-jeûné) ».
 
Les annulatifs du jeûne
Les annulatifs du jeûne concernent tout ce qui corrompt le jeûne du jeûneur et qui rendent le jeûne invalide.
1/ Manger et boire volontairement. Allah a dit: 
« Et mangez et buvez jusqu’à ce que se distingue, pour vous, le fil blanc de l’aube du fil noir de la nuit . Puis accomplissez le jeûne jusqu’à la nuit. » (sourate la Vache, 187)
Le verset clarifie bien qu’il n’est pas permis au jeûneur de manger et de boire du lever du soleil (fajr) jusqu’à la nuit (maghreb).
Quant à celui qui mange et qui boit par oubli, son jeûne est toujours valide, mais dès qu’il se rappelle qu’il jeûne, il se doit de se priver à nouveau de nourriture et de boisson. Et ce, d’après la parole du Prophète (salla Allahou alayhi wa sallam):
« Celui qui oublie qu’il jeûne, et qui se met à manger et à boire, qu’il termine son jeûne, car c’est Allah qui l’a nourri et abreuvé. »    Muslim (1155) et Bukhari (1933)
À noter que les gouttes et autres spray nasaux, annulent le jeûne. Et de manière générale, tout ce qui atteint l’œsophage, que ce soit par le biais de la bouche ou autre, entre dans le jugement de la nourriture et de la boisson, au même titre que les perfusions nutritives.
 
2/ Le rapport charnel: il annule le jeûne. Celui qui a un rapport charnel alors qu’il est en état de jeûne doit se repentir et demander pardon à Allah, rattraper le jour où il a eu le rapport puis compenser ce jour par la libération d’un esclave, ou s’il ne peut pas, par le jeûne de deux mois consécutifs, ou s’il ne peut pas, par le fait de nourrir soixante pauvres.
D’après le hadith de Abou Hourayra (qu’Allah soit satisfait de lui), qui dit: 
« Un homme vint trouver le Prophète (salla Allahou alayhi wa sallam) et lui dit: -« Ô Envoyé d’Allah! Je suis perdu ». « Qu’est-ce qui a causé ta perte? », demanda le Prophète. -« J’ai eu des rapports charnels avec ma femme un jour du Ramadan ». -« Possèdes-tu un esclave que tu puisses affranchir? ». -« Non ». « Es-tu capable de jeûner deux mois successifs? ». -« Non ». -« As-tu de quoi nourrir soixante pauvres? ». -« Non ». L’homme resta auprès du Prophète (salla Allahou alayhi wa sallam) jusqu’à ce qu’on apporta à celui-ci un panier d’osier contenant des dattes. Il (salla Allahou alayhi wa sallam) dit à l’homme: « Fais-en la charité ». L’homme répliqua: « Certes, il n’y a entre les deux territoires couverts de pierres noires de Médine, une famille qui est plus pauvre ni qui en a plus besoin que la mienne ». Le Prophète (salla Allahou alayhi wa sallam) rit alors à gorge déployée, puis dit: « Prends-le, et nourris-en ta famille ».« 
Bukhari (1936), Muslim (1111)
 
3/ Vomir volontairement: c’est le fait de faire sortir par la bouche de la nourriture ou de la boisson de son estomac et ce, de manière volontaire. Quant à celui qui vomit involontairement, cela n’affecte en rien son jeûne, comme a dit le Prophète (salla Allahou alayhi wa sallam): 
« Celui qui a été gagné par le vomissement ne doit pas rattraper son jeûne mais celui qui vomit volontairement doit le rattraper. »
(Abou Dawoud et Tirmidhy)
 
4/ La hijama: c’est le fait de faire sortir le sang de la peau sans atteindre les veines. Celui sur qui on a fait la hijama a corrompu son jeûne comme le dit le Prophète (salla Allahou alayhi wa sallam): 
« Celui qui pratique la hijama et celui sur qui on la pratique ont rompu leur jeûne » (Abou Dawoud)
Celui qui pratique la hijama a donc également corrompu son jeûne, sauf s’il pratique la hijama avec des outils ne nécessitant pas l’aspiration du sang par la bouche (NDT comme cela se faisait traditionnellement avant), et Allah est plus savant, il ne rompt ainsi pas son jeûne.
 
5/ La perte de sang des menstrues et des lochies: comme nous l’avons vu précédemment, la femme qui voit apparaitre ses règles, doit rompre son jeûne. Et ce d’après la parole du Prophète (salla Allahou alayhi wa sallam):
« Une femme qui a ses menstrues ne prie pas et ne jeûne pas, n’est-ce pas? Voici bien la preuve des deux manquements dans sa religion » Bukhari (304)
 
6/ Avoir l’intention de rompre son jeûne: celui qui a l’intention de rompre son jeûne avant l’heure de la rupture a rendu invalide son jeûne, même s’il n’a rien pris à boire ou à manger. En effet, l’intention est un des deux piliers du jeûne, et s’il est manquant, le jeûne ne sera pas complet et souffrira d’un manquement.
 
7/ L’apostasie: ne pas considérer le jeûne comme un acte d’adoration et ainsi mécroire. Allah l’Exalté a dit:
« Si tu donnes des associés à Allah, ton œuvre sera certes vaine » (sourate Les groupes, 65)
Revenir en haut Aller en bas
 
Les règles du jeûne en islam: définition, conditions et annulatifs
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LIMADA ? :: LE RAMADAN-
Sauter vers: