LIMADA ?
LIMADA ?

ETUDES DES SCIENCES ISLAMIQUES EN LANGUE ARABE
 
AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 une laïcité à deux vitesses ou l'arroseur arrosé

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
naserra



Messages : 57
Date d'inscription : 08/07/2008

MessageSujet: une laïcité à deux vitesses ou l'arroseur arrosé   Lun 15 Déc - 18:48

La polémique autour des crèches de Noël : une laïcité à deux vitesses
1

 
Crédit photo : Shutterstock

Il semblerait qu’une fois n’est pas coutume, le sacro-saint principe de laïcité fait encore grincer quelques dents au sein de la classe politique. Dernièrement, le Tribunal administratif de Nantes a, en effet, été amené à se prononcer sur la conformité des crèches de Noël dans les bâtiments publics au principe de laïcité. Cette pratique a été jugée "incompatible avec la neutralité du service public".  La décision fait suite à un recours administratif exercé par la fédération de la Libre Pensée afin d’enjoindre le Conseil général de la Vendée de retirer la crèche de la Nativité installée dans le hall de l’hôtel du département. L’installation fut rapidement démontée. Toutefois, ce qui ne devait être qu’un simple litige, suscite, depuis quelques jours, de vives réactions  dans la classe politique.

  • Un fait "culturel"

A commencer par le président du Conseil général de la Vendée, Bruno Retaillau (UMP) qui envisage, très prochainement, d’introduire un recours contre ce jugement. Dans une tribune publiée au Figaro.fr, ce dernier dénonce des "ayatollahs du laïcisme" qui souhaitent inclure dans la laïcité ce qu’il qualifie de "fait culturel". On notera ici qu’il prend bien soin, au préalable, d’effectuer une claire distinction entre le "fait religieux" soumis au principe de laïcité au "fait culturel" dont correspond, selon lui, cette crèche.
Robert Ménard, maire FN de Béziers (Hérault), lui, affirme sans équivoque qu’il a décidé de maintenir l’installation d’une crèche similaire dans sa mairie.
Quant à Eric Ciotti, député UMP et, accessoirement, président du Conseil général des Alpes-Maritimes, qui militait encore, il y a peu, pour un renforcement de la loi sur le port du voile, a tout simplement décidé, ce lundi, d’installer à son tour une crèche dans le hall de l’hôtel de son département pour braver la loi et désavouer sciemment la décision rendue par le T.A de Nantes.
 

  • Une laïcité à double vitesse 

Une laïcité qui devient, soudainement, accommodante lorsqu’elle ne s’applique pas au culte musulman.
En effet,  Nadine Morano, députée UMP,  féministe à géométrie variable, hurlant à tue-tête et tout va pour une laïcité de choc met "en garde", sur Twitter contre cette "laïcité [qui] ne doit pas tuer notre culture, nos racines et nos traditions" et demande candidement à ce que l’installation soit rétablie dans le hall du bâtiment. La même, qui, il y a quelques mois encore était "offusquée par la présence d’une femme voilée à la plage" et avait été "comprise" par Harlem Désir lui-même soutenu par son ancien camarade de SOS Racisme J.Dray qui affirma: "On a eu nous, au début des années 90, une attitude assez compréhensive parce qu'on pensait qu'il fallait être tolérant mais on s'est rendu compte qu'il y avait besoin de règles et ces règles parfois aussi c'était des interdits". Ce dernier qui a estimé que "sur le plan de la laïcité, il y a des batailles plus importantes" à mener, et a plaidé pour "une certaine tolérance" face à ces crèches qui font "partie du décorum". 
Nous pouvons également relater les propos tout aussi loufoques de NKM, devenue numéro 2 du premier parti d’opposition, qui déplore que "les ardents défenseurs de la laïcité" se trouvent désormais "en position de sectarisme". Ou encore ceux du Premier ministre, Manuel Valls, pourtant, partisan d’une "laïcité exigeante", en récente croisade laïque dans l’affaire Baby-Loup et pour qui le voile "interdit aux femmes d'être ce qu'elles sont". Ce dimanche, celui-ci a tenu à mettre en garde contre de prochaines "divisions" engendrées par ce type de polémiques alors qu’il existe des "sujets plus graves". Des problèmes "plus graves" qui semblent  s’évaporer lorsqu’il s’agit des citoyens de confession musulmane.

Cette affaire et cette avalanche de propos qui  monopolisent l’attention médiatique, depuis quelques jours, confirme l’instrumentalisation dont est victime la laïcité. Une muleta, pourtant, habilement agitée par ces mêmes politiques  lorsqu’il s’agit de détourner l’attention des français sur ces "sujets plus graves" et d’exclure les musulmans de toute vie sociale. Tantôt exclusive, dévoyée et pervertie lorsqu’il s’agit d’abolir les libertés qui bénéficient aux citoyens de confession musulmane et tantôt ouverte, inclusive, tolérante lorsqu’elle s’applique aux autres. Une définition qui varie, donc, au gré des intérêts politiques et au gré des citoyens auquel elle devrait s’appliquer si bien que des élus puissent affirmer, aujourd’hui et sans sourciller, qu’ils sont prêts à violer la loi et les décisions qui émanent du pouvoir judiciaire

http://www.islamophobie.net/articles/2014/12/10/polemique-creches-de-noel-musulmans-laicite-deux-vitesses

un signe pour ceux qui pense!
Revenir en haut Aller en bas
 
une laïcité à deux vitesses ou l'arroseur arrosé
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LIMADA ? :: LA LAÏCITE-
Sauter vers: