LIMADA ?
LIMADA ?

القدس لنا*القدس لنا*القدس لنا*
 
AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerConnexion
Rechercher
 
 

Résultats par :
 
Rechercher Recherche avancée
Derniers sujets
Navigation
 Portail
 Index
 Membres
 Profil
 FAQ
 Rechercher
Forum
Partenaires
Forum gratuit



Tchat Blablaland



Partagez | 
 

 L'Éducation des enfants

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
hud



Messages : 253
Date d'inscription : 18/08/2008

MessageSujet: L'Éducation des enfants   Mer 28 Aoû - 10:32

L'Éducation










L'Éducation des enfants -

Par Ishâq Gangate



L’essence de l’éducation islamique, c’est l’éducation morale. Ainsi, par éducation islamique, on vise essentiellement le fait d’éduquer l’âme et de former le caractère. Chaque fois que l’on donne une directive ou une leçon à un enfant, il faut garder à l’esprit cette fin morale essentielle : la vertu. Par la vertu, l’enfant sera aimé de Dieu et apprécié de ses semblables.

En arabe, "j’ai éduqué quelqu’un" se dit "Rabbaitouhou" qui a comme sens premier de nourrir quelqu’un, de pourvoir à ses besoins de nourriture et d’eau jusqu’à ce que son corps se soit développé. Par extension, ce terme fut utilisé pour la nourriture de la raison, des sentiments et de l’âme, dans le but de parfaire et de perfectionner la personnalité. Sur le plan social, l’éducation est l’ensemble de principes moraux et de la production intellectuelle grâce auxquels naît une civilisation. C’est ainsi que l’Islam prône une éducation homogène de toutes les entités de l’homme : son corps, sa raison, son esprit, ses instincts et ses sentiments, en combinant harmonieusement les nécessités de la vie de l’Au-delà.

Un des noms de Dieu est "Ar-Rabb" , qui signifie " le Maître, celui qui éduque ". L’éducation fait donc partie des qualités divines : c’est par l’éducation que le serviteur de Dieu, l’être humain, peut s’élever, dépasser l’état animal et devenir le vrai successeur de Dieu sur cette terre, en assumant pleinement la responsabilité. C’est par l’éducation morale et intellectuelle que l’homme marquera sa différence vis-à-vis du monde animal. Le modèle d’une telle éducation, c’est le Prophète (sallallâhou alayhi wa sallam) à qui Allah a déclaré : " Tu es, certes d’un très noble caractère " (S. "La plume" ).

L’éducation se transmet de générations en générations. Les principes de l’Education islamique ne varient pas, car ils ont une base divine puisée dans le Qour'aane et dans le comportement du Prophète (sallallâhou alayhi wa sallam)

En ce qui concerne les moyens et méthodes d’éducation, ils peuvent évoluer et s’adapter à chaque époque.

Un problème que ne devrait pas connaître l’éducation islamique est ce que l’on nomme " le conflit des génération " : en effet, l’époque change, mais la vérité est unique et ne change pas, tout comme le Créateur duquel elle émane.

La vérité que doit transmettre en priorité l’éducation islamique, son thème principal, concerne le rapport de l’homme avec son Créateur, le rapport de l’homme avec l’homme et le rapport de l’homme avec l’univers dans lequel il vit et qu’il a la responsabilité de gérer.

L’éducation islamique commence par la compassion, par la bienveillance envers le petit, le faible, par le respect vis-à-vis du vieillard. Elle est concernée par la sauvegarde du corps et de l’âme de chacun, et interdit dès lors tout ce qui peut lui nuire : consommation d’alcool ou de drogues, adultère, injustices diverses, violations des droits, etc. Elle vise autant la formation de l’âme que l’acquisition du savoir, dans le but de former un être humain soumis à Dieu et à Ses lois, responsable de son devenir par la mise en application des directives divines.

Toute l’éducation doit suivre l’évolution de l’enfant et être adapté à son degré de maturation, suivant en cela le verset coranique où Dieu le Très Haut dit : " Allah ne charge nulle âme au-dessus de ses capacités ".

Avant l’âge de 7 ans, l’Islam ne recommande même pas d’enseigner les modalités de la prière rituelle à l’enfant, qui n’a pas encore atteint l’âge de raison. Mais l’Islam recommande essentiellement aux parents de jouer avec l’enfant. Jouer, c’est lui permettre de se développer en dehors des contraintes, et c’est surtout tisser avec l’enfant des liens d’affection très serrés, dans lesquels il se sent en sécurité, dans lesquels il se sent aimé inconditionnellement : on ne lui demande rien, on est prêt à tout faire avec lui parce qu’on l’aime.

Aimer les enfants. Voilà la première règle fondamentale et vitale de votre mission de parents responsables.

L’affection, l’attention, et la sollicitude sont des composants essentiels de toute relation. Sans cet apport d’amour, les enfants se dessèchent et meurent intérieurement - parfois même littéralement.

Mahmoud Ibné Rabi ((radhia Allâhou anhou)) raconte : "Je me souviens du Prophète (sallallâhou alayhi wa sallam) lorsque, prenant dans la bouche de l’eau d’un seau, il m’en aspergea le visage ! J’avais alors 5 ans". La bonté du Prophète (sallallâhou alayhi wa sallam) qui jouait avec lui lorsqu’il était un petit enfant, est resté à jamais gravé dans la mémoire de Mahmoud. Ceci prouve que l’affection des adultes est importante pour un enfant, et tient bien souvent à de petits gestes simples, à un instant de jeux complices, plutôt qu’à de longs et fastidieux discours !

Mais les parents doivent aussi comprendre que l’amour n’est pas incompatible avec une ferme discipline. Il existe un moment opportun pour discipliner les enfants. Il faut comprendre aussi que l’amour ne consiste pas à laisser l’enfant faire tout ce qu’il a envie de faire momentanément. Cela ce n’est pas de l’amour mais de la permissivité.

Il faut donc offrir toute son affection à l’enfant et être un modèle pour lui, c’est à dire un bon musulman pratiquant.

Donner le bon exemple. Voilà la 2ème règle fondamentale.L’exemple des parents est un facteur primordial de la bonne éducation des enfants. On ne saurait exiger des enfants qu’ils adoptent des normes que leurs parents refusent de pratiquer. Les enfants apprennent par l’exemple, plus que par la parole. Ce sont des imitateurs-nés. Ils suivront les exemples des parents plutôt que les paroles de ces derniers.

Le fait d’apprendre qu’il n’est pas le seul à être soumis aux règles, mais que ses parents et toute la communauté y sont eux-mêmes soumis, parce que ces règles viennent d’une autorité immuable et Très Sage, Allah, aidera l’enfant à s’y conformer.

De 7 ans à l’adolescence, s’étant la période d’éducation par excellence. " Ordonnez à vos enfants de faire la prière lorsqu’ils atteignent leur septième année, a dit le Prophète (sallallâhou alayhi wa sallam) et contraignez - les à la faire lorsqu’ils atteignent l’âge de 10 ans. Donnez leur aussi des lits séparés ". Sept ans, c’est donc l’âge où l’enfant commence à faire la prière, l’âge de raison.

Après l’adolescence, les enfants deviennent à leur tour des personnes pleinement responsables : c’est le temps de s’en faire des amis ... Et c’est le temps pour les parents, si Dieu le veut, de se réjouir des effets de leur bonne éducation ! Les parents doivent donc être d’autant plus vigilants durant le jeune âge de leurs enfants, à l ’éducation qu’ils leur donnent, que cette période passe toujours plus vite qu’on ne le croit ... La période durant laquelle l’enfant est doué de raison, et en même temps, aime imiter ses parents est relativement courte : c’est à ce moment qu’il faut fermement implanter dans le cœur de l’enfant l’amour de la pratique religieuse, et qu’il faut lui donner de bonnes habitudes comportementales.

En résumé, l’éducation islamique est très importante, il faut lui accorder beaucoup de soin. Elle doit donc être empreinte d’amour, adapté à l’enfant et équilibré pour le développer harmonieusement.

La troisième règle fondamentale : l’Instruction et l’enseignement islamique.

La connaissance est un pilier fondamental dans l’élaboration de la personnalité de l’individu responsable et réfléchi. Par la connaissance, l’homme acquiert les moyens de se connaître lui-même et de différencier le bien et le mal. C’est là le meilleur moyen pour gérer sa vie au mieux et pour participer à l’élaboration d’une société meilleure.

La plupart des enfants, surtout les plus jeunes, aiment qu’on leur lise des histoires intéressantes et passionnantes. Il existe actuellement des livres très intéressants dans lesquels sont racontés la vie des Prophètes A.S. , celle des Sahâbas (Compagnons du Prophète (sallallâhou alayhi wa sallam)) et les Traditions Prophétiques. Ils ont été préparés spécialement pour les enfants.

En lisant à haute voix, ne fut-ce que 10 minutes par jour ces textes sainement éducatifs, vous faites plus que transmettre des faits spécifiques. Vous stimulez le développement mental, intellectuel, linguistique et spirituel d’un jeune esprit. Mais toute cette formation prend du temps - beaucoup de temps. Efforcez-vous de consacrer, chaque jour, du temps à vos enfants. Parlez - leur, instruisez - les, apprenez à les connaître et faites en sorte qu’ils vous connaissent.

La quatrième règle fondamentale et vitale de votre mission de parents responsables : Disciplinez vos enfants.

L’approche correcte de l’éducation de l’enfant englobe à la fois l’amour et la discipline. L’une ne va pas sans l’autre. Malheureusement, trop de parents voient la discipline sous un jour négatif. Ils ont vu tant de mauvais traitements infligés à des enfants, qu’ils rejettent le principe même d’une juste discipline. Ils adoptent, au contraire, une attitude permissive destructrice à l’égard des attitudes et des actions de leurs enfants.

La discipline inclut non seulement une punition appropriée à l’écart de conduite mais aussi des récompenses pour l’enfant qui se conduit bien. Il est très important de récompenser la bonne conduite. L’approbation positive d’actions justes constitue un enseignement non moins efficace que la correction en cas de mauvais comportement. Louez donc vos enfants lorsqu’ils le méritent. Dites leur combien vous vous réjouissez de leur bonne conduite. Félicitez les de leur dévouement et de leurs égards. L’éloge fait des miracles.

La discipline peut prendre bien des formes. Quoiqu’il en soit, il ne faut jamais infliger de dommages corporels à un enfant. On peut par exemple suspendre certaines privilèges. La discipline ne doit être administrée qu’après que le parent ait expliqué à l’enfant pourquoi il est puni.

Je terminerai par une sélection de Hadiths(Traditions du Prophète Mouhammad (sallallâhou alayhi wa sallam)) relatifs à l’éducation des enfants.

Le Prophète (sallallâhou alayhi wa sallam) a dit en ce sens :

"Faites - en sorte que la première parole de vos enfants soit "Lâ ilâha ill Allah" (c'est à dire la profession de foi).

"C’est un droit de l’enfant sur son géniteur (père ou mère) de lui donner une bonne éducation et de bien choisir son prénom".

"En vérité, si l’un d’entre vous s’occupe d’éduquer son enfant, cela est meilleur pour lui que de faire chaque jour, l’aumône d’une demi-mesure aux pauvres".

"Un parent ne peut rien léguer de mieux à son enfant qu’une bonne éducation".

"Honorez vos enfants et soignez bien leur éducation".

"Soyez équitables envers vos enfants (Il le répéta en 3 fois)".

"Quiconque, parmi les musulmans, a eu deux filles et a été bienfaisant envers elles aussi longtemps qu’elles furent à ses côtés, elles le feront entrer à coup sûr au Paradis".

Abdoullah Ibné Hârice (radhia Allâhou anhou) raconte que le Prophète (sallallâhou alayhi wa sallam) faisait s’aligner Abdoullah, Obeïdoullah et Kassir, les fils d'Abbas (radhia Allâhou anhou)et leur disait :

" Celui qui arrivera à moi le premier, aura ceci et cela ! "

Ils accouraient vers lui et se jetaient sur son dos et sa poitrine, et lui , il les embrassait et les serrait contre lui. Le Prophète (sallallâhou alayhi wa sallam) a dit aussi :

"Celui qui appelle un petit enfant en lui promettant quelque chose, puis ne lui donne rien, commet là un mensonge".

"Apprenez à vos enfants à acquérir 3 vertus : l’amour de votre Prophète, l’amour de sa famille ainsi que la lecture du Qour'aane Charif, car ceux qui portent en eux le Qour'aane Charif seront à l’ombre du trône d’Allah, au jour où il n’y aura plus d’autre ombre que la Sienne".

Et enfin le dernier Hadith qui sera la conclusion de cette article : Abou Houreïra (radhia Allâhou anhou) rapporte que le Messager d’Allah (sallallâhou alayhi wa sallam) a dit :
"Lorsque le fils d’Adam meurt, ses œuvres cessent de lui rapporter des récompenses, excepté trois : une aumône permanente, une science utile qu’il a enseignée et un enfant pieux qui prie pour lui !"

Wa Allâhou A'lam !

Dieu est Plus Savant !
Revenir en haut Aller en bas
hud



Messages : 253
Date d'inscription : 18/08/2008

MessageSujet: Re: L'Éducation des enfants   Mer 28 Aoû - 10:33

Quelques erreurs commises dans l'éducation des enfants...






Il existe un certain nombre de fautes et d'erreurs que commettent souvent les parents dans l'éducation de leurs enfants, erreurs qui sont parfois minimisées mais dont les conséquences, malheureusement, peuvent être très graves. Je vous propose dans les lignes suivantes d'en voir quelques unes...



Manque de coordination et d'entente sur la façon d'éduquer l'enfant.

Une des erreurs courantes au sein de la famille, c'est le manque d'entente et de coordination sur la démarche à suivre quant à l'éducation des enfants. On se trouve ainsi souvent dans le genre de situation où la mère, par exemple, pour une raison quelconque interdit à l'enfant de faire quelque chose, et le père qui, lui, arrive et autorise à l'enfant à faire ce que sa mère lui avait interdit… Résultat ? L'enfant, avec sa compréhension limitée, ne sait plus du tout où il en est et ce qu'il peut réellement faire ou non.



Les parents donnent eux mêmes à leurs enfants le mauvais exemple.

Autre erreur: il arrive que les parents eux-mêmes enseignent à leur enfant de mauvaises choses, sans vraiment s'en rendre compte. Juste deux exemples:

Parfois, il arrive à un enfant de s'absenter de la Madressah ou de l'école sans raison, juste parce qu'il avait envie de jouer avec son petit cousin qui était de passage. Le lendemain, quand arrive l'heure de se présenter à nouveau à la Madressah ou à l'école, il va voir son père ou sa mère pour leur demander une excuse à donner à son professeur. A ce moment, les parents ne trouvent rien de mieux à faire que lui enseigner le mensonge: "Dis à ton professeur que tu avais du travail à faire pour maman à la maison !", alors que c'est complètement faux… Le père ou la mère, dans ce cas, aura eu le mérite d'avoir appris à son enfant à mentir, ce qu'il ou elle est supposée l'empêcher de faire… Le message que l'enfant déduira à partir de là sera le suivant: "Quand tu as des problèmes dans la vie, il y a toujours une façon de s'en sortir facilement: il te suffit de mentir…"


Autre exemple: les parents ne surveillent pas les propos qu'ils tiennent devant leur enfant; ils traitent ainsi, dans un excès de colère, Mr X ou Mme Y de tous les noms, ils tiennent des propos grossiers en présence de l'enfant… ensuite, ils sont les premiers à s'emporter et à s'indigner quand ils entendent leur enfant répéter ce genre d'injures. Il ne faut oublier que l'enfant à une très bonne mémoire. Il peut arriver qu'il répète en public des mots pas "très jolis à entendre" que l'on aura prononcé à la maison en sa présence…



Les parents se font l'avocat du mal.

Beaucoup de parents, lorsqu'une personne vient leur apprendre que leur enfant a fait quelque chose de mal, plutôt que de le remercier et d'essayer de remédier à ce que l'enfant a fait, prennent sa défense, en prétextant qu' "il est encore jeune", et qu'il faut donc le laisser profiter de sa jeunesse. Le problème, c'est que ce genre de raisonnement, ils ne le tiennent qu'au sujet des choses ayant trait à la pratique religieuse. Dans le domaine matériel, leur conception est complètement différente… En effet, pourquoi ne disent-ils pas la même chose lorsqu'ils constatent que leur fils a égratigné la voiture familiale toute neuve… ? Pourquoi donc ne réagissent-ils pas de la même façon lorsque leur fille a, par accident, brisé le beau vase qui trônait sur le meuble dans le salon… ?

Pourtant, le préjudice, dans ces deux exemples n'est en aucun cas comparable au risque encouru par l'enfant s'il s'éloigne du Droit Chemin. A vrai dire, la jeunesse représente justement le moment idéal pour agir. Comme le dit le dicton, "Mieux vaut prévenir que guérir". Le Qour'aane nous rappelle que c'était l'habitude des hypocrites ("Mounâfiqoûnes" ) que de se faire l'avocat du mal:


"Les hypocrites, hommes et femmes, appartiennent les uns aux autres. Ils commandent le blâmable, interdisent le convenable…"


Wa Allâhou A'lam !

Et Dieu est Plus Savant !
Revenir en haut Aller en bas
hud



Messages : 253
Date d'inscription : 18/08/2008

MessageSujet: Re: L'Éducation des enfants   Mer 28 Aoû - 10:34

Comment donner une bonne éducation à ses enfants ?





Question :

J’ai du mal à dispenser une bonne éducation à mes enfants. Il m’arrive souvent d’être en colère et de les frapper. J’espère que tu me donnes des conseils à ce propos et que tu m’indiques des ouvrages utiles relatifs à ce domaine…



Réponse :

Louange à Allah

L’éducation des enfants fait partie des obligations des père et mère. Allah le Très Haut en a donné l’ordre dans le Coran et le Messager d’Allah (bénédiction et salut soient sur lui) en a fait de même. Voici ce que le Très Haut a dit : « Ô vous qui avez cru! Préservez vos personnes et vos familles, d' un Feu dont le combustible sera les gens et les pierres, surveillé par des Anges rudes, durs, ne désobéissant jamais à Allah en ce qu' Il leur commande, et faisant strictement ce qu' on leur ordonne. » (Coran, 66 : 6).

L’imam at-Tabari a dit dans son commentaire de ce verset : « Allah le Très Haut dit : ô vous qui avez reconnu vraie la parole d’Allah et celle de Son messager, protégez-vous ». C’est-à-dire : apprenez-vous mutuellement ce qui vous permette de protéger celui que vous connaissez contre l’enfer en le mettant à l’abri, s’il applique son savoir à l’obéissance à Allah. « vos familles contre l’enfer » signifie : apprenez à vos familles à obéir à Allah de manière à se protéger contre l’enfer. voir le Tafsir d’at-Tabani, 28/165

Al-Qurtubi a dit : « Muqatil a dit : c’est un devoir que l’on doit assumer au profit de ses enfants, des membres de sa famille, et de ses esclaves. Al-Kiya a dit : nous avons l’obligation d’apprendre à nos enfants et aux autres membres de notre famille la religion, le bien et les règles (de conduite) indispensables. C’est le sens de la parole du Très Haut : «Et commande à ta famille la Salâ, et fais- la avec persévérance» (Coran, 20 : 132) C’est aussi dans le même sens qu’Il dit au Prophète (bénédiction et salut soient sur lui) : «Et avertis les gens qui te sont les plus proches. » (Coran, 26 :214 ). C’est aussi le sens du hadith : « Donnez leur l’ordre d’observer la prière dès l’âge de sept ans ». Voir le Tafsir d’al-Qurtoubi, 18/196.

Tout musulman est sensé inviter (les gens) à se soumettre à Allah le Très Haut. Qu’il donne donc la priorité à ses enfants, à sa famille et à son entourage dans son appel (à Allah). Quand Allah investit le Messager d’Allah de sa mission, Il lui dit : «Et avertis les gens qui te sont les plus proches. » (Coran, 26 : 214) puisque ces gens-là mériteraient mieux que quiconque sa bienfaisance, sa compassion et sa bienveillance.

Le Messager d’Allah (bénédiction et salut soient sur lui) a rendu les père et mère responsables de la protection des enfants et les a intimé l’ordre l’assumer. A ce propos Abd Allah ibn Omar a dit : « J’ai entendu le Messager d’Allah (bénédiction et salut soient sur lui) dire : « Vous êtes tous des bergers et tout berger est responsable de son troupeau : l’imam (guide) est un berger pour les gens qu’il dirige et l’homme est un berger dans sa famille et il est responsable de son troupeau. La femme est une bergère au sein du foyer conjugal et elle sera responsable de son troupeau. Le domestique est un berger par rapport aux biens de son patron et il est responsable de son troupeau ». Il dit ensuite : je crois qu’il a ajouté : « l’homme est un berger par rapport aux biens de son père et il est responsable de son troupeau. Vous êtes tous des bergers et vous êtes responsables de vos troupeaux ». (rapporté par al-Boukhari, 853 et par Mouslim, 1829).

Votre devoir est de cultiver en eux l’amour d’Allah et Son Messager et l’amour des enseignements de l’Islam et de les informer qu’Allah dispose de l’enfer et du paradis et que l’enfer, très brûlant, aura pour combustible des hommes et des pierres. Voici une histoire à méditer.

Ibn al-Djawzi a dit : il était une fois un roi très riche qui avait une fille unique qu’il aimait très bien et lui assurait toute sorte de divertissement. Il resta ainsi pendant un certain temps. Près du roi vivait un dévot. Au cours d’une nuit, celui-ci récita à haute voix ceci : « Ô vous qui avez cru! Préservez vos personnes et vos familles, d' un Feu dont le combustible sera les gens et les pierres.» (Coran, 66 : 6) La fille (du roi) entendit la récitation et dit à ses servantes : « Arrêtez » Mais elles n’arrêtèrent pas … Pendant ce temps, le dévot répétait le verset et la princesse ses ordres à ses servantes en vain. .. C’est alors que la princesse mit sa main dans la fente de sa robe et la déchira.. les gens en informèrent son père qui accourut vers elle et lui dit : chérie ! qu’est-ce que t’est arrivé depuis la nuit dernière ? ».Pourquoi pleures-tu ? Puis il la serra contre lui. Alors elle lui dit : Père ! Je te supplie au nom d’Allah de me dire si Allah dispose bien d’un feu qui ait pour combustible des hommes et des pierres ».

- « oui »

- « qu’est-ce qui t’avait empêché de m’en informer ? Au nom d’Allah, je ne prendrais pas une bonne nourriture et ne me coucherai pas sur un lit moelleux avant de savoir si ma place sera au paradis ou en enfer ». Voir Safwatou as-Safwa, 4/437-338.

Il convient de les éloigner des lieux de débauche et de perdition comme il convient de ne pas les laisser grandir en empruntant des mauvaises voies tracées par la Télévision et d’autres (instruments) tout en leur demandant d’être bons. Car celui qui cultive un arbre à épine ne pourra pas en récolter du raisin. Il faut leur donner une bonne éducation dès leur jeune enfance pour qu’ils soient réceptifs à vos ordres et interdits et n’aient pas de difficultés à vous obéir. D’après Abou Hourayra (P.A.a) le Messager d’Allah (bénédiction et salut soient sur lui) a dit : « Donnez à vos enfants l’ordre d’observer la prière dès l’âge de sept ans et frappez-les pour sa non observance à l’âge de dix ans et faites en sorte qu’ils ne partagent plus les mêmes lits ». (rapporté par Abou Dawoud, 495).

Le hadith est déclaré authentique par Cheikh al-Albani dans Sahih al-Djami, 5868.

Mais l’éducateur doit être compatissant et clément, d’un abord facile, non grossier ni arrogant. Il doit adopter un bon dialogue débarrassé des insultes, du ton blessant et éviter les coups à moins que l’enfant persiste dans la désobéissance, rejette les ordres de son père et continue de commettre des actes interdits. Dans ce cas là, il est préférable de le traiter durement sans lui porter préjudice…

Al-Manawi a dit : « Il vaut mieux corriger son enfant ayant un âge qui lui permet de supporter la correction, dans le but de l’éduquer dans les mœurs qui caractérisent les pieux et dans le but de l’empêcher de fréquenter les pervers, de lui apprendre le Coran, la littérature et la langue arabe et de lui faire entendre les pratiques enseignées par la Sunna et les paroles des anciens et de lui apprendre les dispositions indispensables de la religion, pourvu de le menacer avant de le frapper pour l’obliger à observer la prière. Ceci est mieux que de donner en aumône l’équivalent d’un saa (2 kg) de céréales. En effet, si l’on éduque bien son enfant, ses bons actes seront considérés comme des aumônes permanentes du père. Car l’aumône consistant à donner (aux pauvres) l’équivalent d’un saa génère une récompense limitée tandis que l’aumône que constitue les actes de l’enfant durera aussi longtemps que leur auteur vivra. La bonne conduite nourrit l’âme et la prépare pour la vie future : « Préservez vos personnes et vos familles, d' un Feu. » (Coran, 66 : 6).

Protéger sa personne et ses enfants contre l’enfer, c’est sermonner ceux-ci et les mettre en garde contre l’enfer et les redresser grâce au recours à toutes sortes de correction. L’éducation utilise le sermon, la menace, la frappe, l’emprisonnement, la récompense et le bon traitement. La manière utilisée pour éduquer l’âme noble et pure est différente de celle employée pour traiter l’âme détestable et basse. Voir Faydh al-Qadir, 5/257.

La correction corporelle n’est pas une finalité en soi mais un moyen de redresser l’enfant. et on ne doit l’employer qu’en cas de révolte et de désobéissance de la part de celui-ci.

La loi religieuse comprend un code pénal très riche. Car il renferme des dispositions relatives aux peines applicables en cas de fornication, de vol, d’accusation touchant le comportement sexuel d’une personne mariée, etc. Tout cela vise à améliorer les conditions de vie des gens et à leur éviter de se comporter mal.

C’est dans ce sens que le Messager (bénédiction et salut soient sur lui) a fait cette recommandation qui permet au père de dissuader son enfant : « D’après Ibn Abbas, le Messager d’Allah (bénédiction et salut soient sur lui) a dit : « Accrochez la cravache de manière qu’elle soit visible pour tous les membres de la famille car cela (leur inspire) la bonne conduite » (rapporté par at-Tabarani, 10/148). La chaîne de transmission de ce hadith a été jugé « bon » par al-Haythami dans Madjmou’ az Zawaid, 8/106. Al-Albani l’a jugé « bon » dans Sahih al-Djami, 4022.

Dans l’éducation des enfants, il faut employer la carotte et le bâton. Mais le plus important reste l’assainissement du cadre de vie des enfants en les dotant des moyens d’une bonne orientation. Ce qui passe par l’engagement des éducateurs responsable notamment les père et mère.

Parmi les méthodes qui permettent au père de réussir dans l’éducation de ses enfants figure l’emploi d’un magnétophone pour écouter des sermons, des cassettes contenant la récitation du Coran, des prêches et des cours dispensés par des ulémas entre autres nombreuses méthodes…

S’agissant des ouvrages de référence que vous avez demandés pour l’éducation de vos enfants, nous vous recommandons ceux-ci :

- tarbiyat al-atfal fi rihab al-islam par Muhammad Hamid an-Nassir et Khawlat Abd al-Qudir dervich (l’éducation des enfants dans le giron de l’Islam).

- Kayfa yurabbi al-mouslim waladahou par Muhammad Said Mawlawi. (Comment le musulman doit-il éduquer son enfant ? ».

- Tarbiyat al-abnaa fi al-islam par Muhammad Djamil Zins (l’éducation des enfants en Islam).

- Kayfa nourabbiri at faalanaa par Mahmoud Mahdy al-istanbouli. (Comment éduquer nos enfants ?)

- Massouliyat al-ab al-mosulim tarbiyat al-walad par Adman Ba harith (la responsabilité du père musulman dans l’éducation de son enfant). Allah le sait mieux.
Revenir en haut Aller en bas
hud



Messages : 253
Date d'inscription : 18/08/2008

MessageSujet: Re: L'Éducation des enfants   Mer 28 Aoû - 10:35

Des enfants qui montrent leur sexe, l’un à l’autre





Question :

En tant que père, je suis très gêné. J’ai surpris mes enfants (un fils de 7ans et une fille de 5ans) alors que chacun d’eux montrait son sexe à l’autre.
Sous l’effet du choc, je les ai durement frappés. Mais je ne sais pas si mon comportement est juste. Maintenant, ils évitent de me regarder et ils n’adressent la parole qu’à leur mère. Ma femme et moi-même sommes très inquiets à cause de cette situation. Quel est le meilleur moyen de résoudre le problème ? J’ ai besoin de votre aide et de votre conseil.



Réponse :

Louange à Allah

Il est préférable que le père traite les erreurs de son fils avec sagesse et éviter de se laisser pousser par son désir de réparer l’erreur à commettre une erreur plus grave.

Les enfants de cette tranche d’âge ne comprennent pas le sens de ce comportement et n’en saisissent pas la portée. Ce qui les amène à se conduire de la sorte peut être une scène vue à la télévision.

Ce qu’il faut faire, c’est d’essayer de connaître la source de ce comportement et où et comment les enfants l’ont appris. Il faut ensuite les protéger en les éloignant de la source de ce comportement.

Le sentiment de vos enfants à votre égard disparaîtra après coup, pourvu que vous sachiez les traiter avec douceur.

Son éminence Cheikh Muhammad ad Douwaysh.

N’oubliez pas de veiller à l’application du tradition du Prophète (bénédiction et salut soient sur lui) « Séparez les quand ils se couchent » (rapporté par Abou Dawoud et déclaré authentique par al -Albani . Voir le Sahih Sunna Abi Dawoud, 1/97).

Expliquez leur le caractère odieux de leur acte et que Satan le veut d’après les propos d’Allah (il leur arrachant leur vêtement pour leur rendre visibles leurs nudités. (Coran,7 :27).

Bahz ibn Hakim dit : « Mon père m’a raconté d’après mon grand père que celui-ci avait dit : « Ô messager d’Allah, comment devons nous nous comporter par rapport à nos parties intimes ?

- « Protège ton sexe contre toute personne en dehors de ton épouse ou de ton esclave » Dit-il.

- « Quand un homme se retrouve seul avec un autre .? Dit l’autre :

- « Si tu peut faire en sorte que personne ne verra (ton sexe), fais le) dit le Prophète.

- « Et quand on est seul ? Dit l’interlocuteur.

- «Allah mérite le plus qu’on ait honte de lui» Conclut le Prophète. (Rapporté par Dawoud et jugé beau par al-Albani dans Sahih Sunani Abi Dawoud N° 3391.

Cet acte abominable relève du comportement des mauvaises gens qui suscite la colère de leur Maître.

Puisse Allah amender votre progéniture.

Puisse Allah bénir notre Prophète Muhammad.
Revenir en haut Aller en bas
hud



Messages : 253
Date d'inscription : 18/08/2008

MessageSujet: Re: L'Éducation des enfants   Mer 28 Aoû - 10:37

Protéger les enfants et leurs pensées en Occident





Question :


Nous, musulmans vivant en Occident, sommes confrontés à la difficulté d’empêcher nos enfants de se perdre en s’assimilant à la société occidentale dissolue. Nous voudrions connaître des mesures pratiques que nous pourrions prendre pour éviter la déviation et la perte à nos enfants. Puisse Allah vous récompenser par le bien.

Réponse :

Louange à Allah
Pour la préservation de l’entité familiale musulmane dans les pays des infidèles, il convient de réunir un certain nombre de conditions et satisfaire des exigences aussi bien à l’intérieur qu’à l’extérieur de la maison
À l’intérieur de la maison
Les parents doivent veiller à l’accomplissement de la prière à la mosquée en compagnie de leurs enfants. À défaut d’une mosquée, ils doivent prier ensemble à la maison ;
Il faut qu’ils procèdent à la récitation et l’écoute du Coran quotidiennement ;
Il faut qu’ils prennent les repas ensemble ;
Il faut qu’ils entretiennent leurs conversations dans la langue du Coran si cela est possible ;
Il faut qu’ils respectent les règles familiales et sociales édictées par le Maître de l’univers dans Son livre, notamment celles indiqués dans la sourate 24.
Ils ne doivent ni se permettre ni permettre à leurs enfants de regarder des films complètement dégradés.
Les enfants doivent passer la nuit à la maison et y vivre le plus longtemps possible afin qu’on puisse les protéger contre les mauvaises influences de l’environnement social .Il faut veiller à les empêcher de passer la nuit en dehors du foyer.
Eviter l’envoi des enfants à des universités éloignées et les laisser habiter dans les cités universitaires. Car, celai revient à risquer de perdre les enfants qui vont s’intégrer dans la société mécréante.
Il faut veiller à ne consommer que de la viande halal (autorisée par l’Islam) et à ce que les parents ne consomment rien qui soit interdit comme la cigarette, et d’autres denrées répandues en pays infidèles.
En dehors du foyer
Il faut envoyer les enfants à des écoles musulmanes de la maternelle à la terminale ;
Il faut aussi les envoyer à la mosquée aussi souvent que possible pour qu’ils y accomplissent la prière du vendredi, les prières collectives et assister aux séances d’enseignement, de prédication et de prêche ;
Il faut organiser des activités éducatives et sportives au profit des enfants et des jeunes en des endroits supervisés par des musulmans ;
Organiser des sorties pédagogiques avec la participation de l’ensemble des membres de la famille ;
Les parents doivent s’efforcer à se rendre aux lieux saints pour accomplir les rites des pèlerinages majeur et mineur en compagnie de leurs enfants ;
Entraîner les enfants à parler de l’Islam à travers un langage compris par vieux et jeunes, musulmans et non musulmans.
Entraîner les enfants à la mémorisation du Coran et envoyer certains d’entre eux –si possible– à un pays arabe musulman afin qu’ils y étudient la religion et rentrent chez eux pour devenir des prédicateurs possédant le savoir, la maîtrise de la langue du saint Coran et la religion ;
Entraîner certains enfants à prononcer le discours du vendredi et à diriger la prière pour des musulmans, dans le but de préparer ses enfants à jouer le rôle de guides des communautés islamiques de la diaspora.
Encourager les enfants à se marier très tôt pour bien sauvegarder leur religion et leurs mœurs ;
Il faut les encourager à épouser des musulmans issus de familles connues pour leur piété et leur intégrité morale ;
Abandonner l’usage du n° 911 pour appeler la police à intervenir au foyer pour régler les différends.
Ne pas assister aux soirées dansantes, aux festivals de débauche et aux fêtes des mécréants. Il faut les enfants empêcher, doucement, d’accompagner les élèves chrétiens à l’église le dimanche.
C’est Allah qui nous assiste et nous guide dans et nous guide dans le chemin droit.




Revenir en haut Aller en bas
hud



Messages : 253
Date d'inscription : 18/08/2008

MessageSujet: Re: L'Éducation des enfants   Mer 28 Aoû - 10:38

La surveillance des enfants par leurs parents





Question :

En tant que mère musulmane, j’essaie de donner à mes enfants une éducation islamique, quels conseils me donnez-vous si j’avais à fouiller les effets personnels des enfants ?
Si je découvrais quelque chose d’interdit, aurais-je le droit de le prendre pour le détruire tout en sachant que l’objet concerné est une propriété des enfants ?

Réponse :

Louange à Allah

Notre conseil est que la mère ou le père fouille périodiquement les bagages de leurs enfants parce que Satan peut embellir aux enfants l’acquisition d’un objet interdit qu’il n’est pas permis de regarder ou d’écouter. C’est une responsabilité qu’Allah a prescrit aux parents par rapport à leurs enfants.

La vigilance des parents, leur bonne protection de leurs enfants et leur éradication du mal dès son apparition, ont été à l’origine de la bonne conduite des enfants et de leur abandon des mauvais actes et des péchés.

Il est facile de les amener à se méfier d’une mauvaise compagnie dès le début, mais il est très difficile de convaincre les enfants de se débarrasser des mauvais compagnons après une longue compagnie.

Dans beaucoup de cas, on peut connaître ce que les enfants cachent en fouillant leurs sacs ou en lisant leurs livres ou en faisant la connaissance de leurs copains…

Que de jeunes ont souhaité que leur famille eût surveillé leur comportement et fouillé leurs bagages dès le début de leur vie avant que la perversion ne s’installe dans leur cœur !

C’est pourquoi nous formulons ce conseil. Que la fouille se passe périodiquement et à leur insu, afin d’éviter qu’ils soient au courant et cachent les objets suspects qui se trouvaient dans leurs bagages.

Ces fouilles ne se justifient que si l’on décèle des signes de déviation chez l’enfant. Si celui-ci reste apparemment droit et s’éloigne des mauvais actes, personne n’a le droit de le surveiller ou de fouiller ses affaires personnelles puisque cela relèverait de la conjuration et de l’espionnage. Or Allah le Très Haut les a interdits en ces termes : «Ô vous qui avez cru! Évitez de trop conjecturer (sur autrui) car une partie des conjectures est péché. Et n' espionnez pas..» (Coran, 49 : 12).

Si le père ou la mère découvre un objet interdit, ils doivent le détruire et donner des conseils à son détenteur.

Abou Said al-Khoudri a dit : « J’ai entendu le Messager d’Allah (bénédiction et salut soient sur lui) dire : « Que celui d’entre vous qui constate un mal le change par sa main. S’il ne le peut pas qu’il le change par sa langue. S’il ne le peut pas qu’il le désapprouve en son cœur, cela étant la plus faible manifestation de la foi ». (rapporté par Mouslim, 49).

Al-imam an-Nawawi a dit : « La parole du Prophète (bénédiction et salut soient sur lui) : « qu’il le change » exprime une impérative selon l’avis unanime des membres de la Umma. En effet, le Livre, la Sunna et le Consensus de l’Umma confirment la nécessité d’ordonner le bien et de défendre le mal. Agir dans ce sens relève de l’échange de bons conseils recommandé par la religion.

Ordonner le bien et interdire le mal est une obligation communautaire. Si certains l’acquittent, les autre en sont dispensés. Si personne ne l’acquitte, tout ceux qui s’en abstiennent, sans excuse ni crainte, tombent dans le péché…

Cela peut devenir une obligation personnelle pur celui qui se trouve dans un endroit où il est le seul à connaître le mal ou à être capable de l’éradiquer. C’est le cas de celui qui voit son épouse, son enfant ou son domestique entrain de faire du mal ou de négliger le bien.

Al-Qadi Iyadh (Puisse Allah lui accorder Sa miséricorde) a dit : ce hadith traite de la manière de changer. Celui qui veut changer doit s’y prendre à l’aide de tout moyen efficace ; qu’il s’agisse de la parole ou de l’acte consistant à casser les instruments du faux et à déverser les substances enivrantes ou à donner l’ordre de procéder à ces actes ou à retirer l’objet usurpé pour le restituer à son propriétaire ou à donner un ordre dans ce sens, si on peut le faire.

Le changement doit se faire doucement quand on traite avec un ignorant ou avec un injuste puissant et redoutable puisque c’est plus à même de faire accepter la parole de celui qui veut changer. Charh Mouslim, 2/22-25. Allah le sait mieux.
Revenir en haut Aller en bas
hud



Messages : 253
Date d'inscription : 18/08/2008

MessageSujet: Re: L'Éducation des enfants   Mer 28 Aoû - 10:40

Les bonnes actions sont elles inscrites pour le compte de l’enfant ?





Question :
Je sais que l’homme n’est pas jugé responsable avant la majorité. Est il récompensé pour le bien au il fait en tant que mineur ?


Réponse :

Louange à Allah
Oui, l’enfant est récompensé pour ses bonnes actions compte tenu de ce qui est rapporté dans le Sahih de Mouslim (n° 1335) d’après Ibn Abass (P. A.a) : « Une femme souleva un enfant et dit ô Messager d’ Allah, est-ce-que celui ci peut effectuer un pèlerinage correct ? » « Oui mais la récompense te reviendra. »
L’auteur Mawahib al-Djalil, un commentaire de l’abrégé de Cheikh Khalif dit à propos de l’enfant : « On lui donne l’ordre d’observer la prière à l’âge de sept ans ». Al-Qarafi dit dans l’ouvrage intitulé al-yawaqit fi al-mawaqit : «l’enfant est récompensé pour les actes désirables qu’ils accomplit, en vertu du hadith de la Khattimiyya. »
Ibn Roushd dit : « le jeune enfant n’assume pas la responsabilité des mauvais actes qu’il a commis, mais on inscrit pour son compte les bons actes selon la plus juste des opinions émises à son sujet.
Dans le Tamhid, Ibn Abd al-Barr dans le commentaire du premier hadith, celui de la Khath’amite : « D’après Aboul Alia ar-Riyahi, Omar Ibn al-Khattab a dit : " les bons actes de l’enfant sont inscrits pour son compte, mais les mauvais ne lui sont pas imputés" ». Et l’auteur de Mawahib al- Djalil dit à propos de la question de la mise en état de sacralisation d’un enfant en vue d’effectuer le pèlerinage majeur ou mineur : « il n’y a aucune divergence au sein des ulémas sur le fait que l’enfant est récompensé pour les actes d’obéissance qu’il commet et qu’il n’est tenu responsable des mauvais actes et que ce qu’il fait délibérément est assimilable à une erreur.
Dans Mukhtassar al- Wadhiha, l’auteur dit : «l’obligation d’effectuer le pèlerinage n’incombe pas aux mineurs. Mais il n’y a aucun mal à leur faire faire le pèlerinage. C’est même recommandé conformément à la pratique du Messager d’Allah (bénédiction et salut soient sur lui) etc.»
Il a été attribué à Talha ibn Mussanif ces propos : « il relevait des bonnes pratiques des musulmans de faire faire le pèlerinage à leurs enfants et de les exposer à Allah ? »
Dans le Tamhid, Ibn Abd al-Barr soutient que la majorité des ulémas approuvent et recommandent de faire faire le pèlerinage aux enfants. Il ajoute encore : «il n’est pas excessif qu’un grade et un bienfait soient inscrits au profit de l’enfant dans l’au-delà grâce à ses prières à ces zakat, son pèlerinage et l’ensemble des actes qu’il accomplit dans le respect de leur sunan ou mode d’exécution. La grâce divine à son égard ressemble à celle accordée au mort récompensé pour une aumône donnée par une personne vivante. Ne voyez-vous pas l’unanimité qui s’est dégagée sur la nécessité de donner à l’enfant l’ordre de d’observer la prière dés qu’il en est conscient ? Le prophète pria en compagnie d’Anas et d’un orphelin.
La majorité des ulémas anciens soutenaient la prescription de la zakat aux biens des orphelins, et il est impossible que cela ne leur vaudra pas une récompense. Il en est de même de l’objet du testament fait à leur profit. Celui qui veille à l’application de ces prescriptions recevra une récompense comme celui qui fait faire le pèlerinage aux enfants. Voilà une grâce et un bienfait qu’Allah leur accorde.
Il a été rapporté qu’Omar a dit : «On inscrit au profit de l’enfant ses bons actes, mais on ne le tient pas pour responsable de ses mauvais actes.
À ma connaissance, personne parmi ceux dont l’avis doit être suivi ne l’a contredit ».
L’auteur de al-ikmal dit : bon nombre d’ulémas disent : «Le jeune enfant est récompensé pour ses actes d’obéissance et on les inscrit pour son compte ,mais on ne lui impute pas ses mauvais actes »
Au début des Muqaddimat, l’auteur dit : « ce que je pense est que l’enfant et son tuteur sont tous deux incités à faire du bien et récompensés pour leurs actes ». Le Prophète (bénédiction et salut soient sur lui) avait dit à la femme : « la récompense vous reviendra ». Allah le sait mieux.
Ibn Djamia a dit : « D’après les quatre (imam) l’enfant est récompensé pour ses actes d’obéissances et on lui inscrit ses bons actes, qu’il soit capable de discernement ou pas ». Cela est rapporté d’après Omar (P.A.a). Certains ulémas ont rapporté un consensus à ce sujet. Ceci est par ce que nous avons avancé plus haut dans le chapitre des vertus, à savoir que le Prophète (bénédiction et salut soient sur lui) a dit : « les pèlerinages majeur et mineur constituent un djihad aussi bien pour l’adulte que pour le mineur ». De même le hadith relatif à la femme qui avait soulevé un enfant va dans ce sens ». Allah le Très haut le sait mieux.



Revenir en haut Aller en bas
hud



Messages : 253
Date d'inscription : 18/08/2008

MessageSujet: Re: L'Éducation des enfants   Mer 28 Aoû - 10:41

Quand devons-nous apprendre à l’enfant à raser les poils de son pubis ?





Question :

Il est bien connu que le rasage des poils du pubis font partie des pratiques naturelles, mais à partir de quel âge devons-nous apprendre à nos enfants cette disposition religieuse ?

Réponse :

Louange à Allah

L’enfant, qu’il soit un garçon ou une fille, a besoin de connaître cette disposition quand il (elle) atteint l’âge de puberté et constate l’apparition de ces poils que le Législateur considère comme un signe de majorité et fait de son rasage un moyen de bien se purifier et de préserver sa propreté et sa santé.

L’instruction relative à cet aspect peut être intégrée dans le cadre d’autres instructions à donner à l’adolescent. C’est comme l’apprentissage du sens de la responsabilité religieuse, des droits d’Allah Très Haut, des obligations de l’individu devenu responsable, de la prise de conscience de l’inscription des mauvaises actions contre leurs auteurs devenus majeurs et des dispositions régissant le bain rituel, etc. Si les père et mère éprouvent de la gène à entretenir leur enfant directement de ces sujets, ils peuvent lui donner un livre ou une publication traitant des dispositions légales relatives à l’âge de la majorité. Allah le sait mieux.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: L'Éducation des enfants   

Revenir en haut Aller en bas
 
L'Éducation des enfants
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LIMADA ? :: LA FAMILLE DANS L ISLAM-
Sauter vers: