LIMADA ?
LIMADA ?

ETUDES DES SCIENCES ISLAMIQUES EN LANGUE ARABE
 
AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 pourquoi certains musulmans refusent les données astronomiques: le ramadan

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
razi
Invité



MessageSujet: pourquoi certains musulmans refusent les données astronomiques: le ramadan   Mar 9 Juil - 7:01

Le premier jour de mois de Ramadan pour l’Année 1434 / 2013 sera le mardi 9 juillet 2013.

L’UOIF rappelle ce qu’elle a déclaré durant les années précédentes au sujet du début des mois lunaires à savoir, l’adoption de la décision du Conseil Européen de la Fatwa et de la Recherche lors de sa 19ème session ordinaire qui a eu lieu à Istanbul du 8 au 12 Rajab 1430 / du 30 mai au 4 juin 2009. Le choix du calcul astronomique qui nous indique la possibilité de la constatation visuelle de la nouvelle lune selon des critères scientifiques précis, considérant le moment de la disparition de la nouvelle lune après sa naissance, après le coucher du soleil ne serait-ce que d’une seconde et ce, à n’importe quel endroit du monde.

Le Conseil adopte le calendrier universel conformément à l’avis de la majorité des jurisconsultes, également adopté par le comité mondial de la jurisprudence, n’accordant aucune considération à la multiplicité des levants conformément à la portée générale des textes comportant l’injonction de jeûner et de rompre le jeûne. C’est à dire, si la vision de la nouvelle lune est possible dans n’importe quel endroit du monde, elle doit être adoptée dans le reste du monde.

Il importe de préciser qu’en adoptant le calcul astronomique pour vérifier la possibilité de la constatation visuelle de la nouvelle lune, le Conseil a concilié les textes juridiques déterminant le début du mois par la vision de la nouvelle lune avec le moyen technique et catégorique qui nous confirme le moment d’une possible constatation visuelle, car la constatation visuelle n’est pas limitée à l’observation de l’œil nu, elle peut être également établie par n’importe quel moyen valide. Que dire alors, lorsque ce moyen est catégorique, en l’occurrence, le calcul astronomique dont les données précises ne pourraient être remises en question par quiconque. Or, le moyen catégorique qu’est le calcul astronomique prime sur le moyen conjectural fondé sur la constatation visuelle de l’œil nu.

A noter que le communiqué final de la conférence mondiale pour la détermination des mois lunaires entre les savants religieux et les astrophysiciens organisée par le comité mondial de jurisprudence affilié à la ligue islamique mondiale, à la Mecque du 9 au 21 rabi’I 1433 / du 11 au 13 février 2012, avec la participation d’un grand nombre de jurisconsultes et d’astrophysiciens, a confirmé que le calcul astronomique est une science à part entière, doté de fondements et de critères. Les musulmans y ont apporté une participation distinguée et il fut le centre d’intérêt des jurisconsultes musulmans. Il a indiqué que cela implique que pour accepter le témoignage attestant de la constatation visuelle, cette constatation ne doit pas être jugée impossible par les données scientifiques catégoriques émanant des institutions d’astronomie reconnues.

Par ailleurs, l’UOIF a organisé à Paris, les 4 et 5 février 2012, en collaboration avec le Conseil Européen de la Fatwa et de la FOIE (Fédération des Organisations Islamiques en Europe), un colloque scientifique auquel a participé un nombre de jurisconsultes et d’astrophysiciens. Les participants ont affirmé l’adoption de la décision de Conseil Européen de la Fatwa, appelant à se référer au calcul astronomique pour déterminer le début des mois lunaires, qui permet aux musulmans de connaître le début des mois lunaires, et par conséquent, leur permet d’organiser leurs rites. Les travailleurs pourront ainsi demander des jours de congés pour célébrer la fête de l’Aïd.

Les institutions musulmanes en France ont également organisés un colloque à Paris, le 9 mai 2013 avec la participation de plusieurs spécialistes. La conclusion fut l’adoption du calcul astronomique.

Dans plusieurs pays européens, les musulmans ont adopté le calcul astronomique pour déterminer le début des mois lunaires. C’est le cas notamment de l’Allemagne, des pays scandinaves et des pays de l’Europe de l’Est. C’est également la position de la Turquie.

Par conséquent, concernant le mois de Ramadan 1434 / 2013, les données astronomiques nous indiquent ce qui suit :
- La naissance de la nouvelle lune aura lieu le lundi 8 juillet 2013 à 07h14 selon l’heure universelle. Elle pourra être visible le même jour en Amérique du Sud au moyen de télescopes.

Quant au mois de shawwal 1434 / 2013, les données astronomiques nous indiquent ce qui suit :
- La naissance de la nouvelle lune aura lieu le mardi 6 août 2013 à 19h51 selon l’heure universelle. Elle sera visible le mercredi 7 août 2013 en Amérique du Sud.

En partant de ces données scientifiques :
- Le premier jour de mois de Ramadan pour l’Année 1434 / 2013 sera le mardi 9 juillet 2013.
- Le jour de l’Aïd 1434 / 2013 sera le jeudi 8 août 2013.

L’UOIF appelle les musulmans de France à s’unir autour de cette décision juridique et scientifique en invoquant Dieu pour qu’il nous aide à bien jeûner et à bien veiller en adoration, pour qu’il agrée nos actes d’adoration durant ce mois ainsi que tous nos actes d’adoration, pour qu’il nous guide vers le bien et fasse de ce mois un mois de bienfaisance, d’excellence, de lien et d’entraide.

Paris, le 24 sha’ban 1434 / le 3 juillet 2013
L’Union des Organisations Islamiques de France
Revenir en haut Aller en bas
bahi
Invité



MessageSujet: Ramadan: grosse confusion autour de la date, le CFCM rétropédale   Mar 9 Juil - 18:15

Ramadan: grosse confusion autour de la date, le CFCM rétropédale
Après avoir annoncé que le ramadan débuterait mardi, le Conseil français du culte musulman (CFCM) est finalement revenu sur sa décision sous la pression de fidèles déboussolés et s'est aligné sur la position des pays arabes, qui ont fixé le début du jeûne à mercredi.

Bien que des fidèles aient commencé à jeûner dès mardi à l'aube, la zizanie créée a poussé le président du CFCM Dalil Boubakeur à rétropédaler "afin de préserver l'unité des musulmans". Un peu plus tôt, M. Boubakeur avait été désavoué par la commission théologique de sa propre mosquée, qui avait tranché pour mercredi.

"Ils se sont trompés de calcul", a commenté Djelloul Seddiki, responsable de la commission théologique de la Mosquée de Paris, à propos des instances dirigeantes du CFCM.

L'Union des organisations islamiques de France (UOIF) a pour sa part maintenu sa position et réaffirmé que le ramadan avait débuté mardi. Regrettant le "changement brusque" du CFCM, l'UOIF "déplore le préjudice subi par la communauté musulmane à travers la diffusion d'annonces contradictoires et irresponsables".


Lundi soir, l'ambiance était à la confusion à la Grande Mosquée de Paris. Traditionnellement, les croyants se rassemblent et scrutent le ciel lors de la "nuit du doute", pour savoir s'il faut jeûner le lendemain ou le surlendemain. Mais cette fois-ci, personne n'est parvenu à voir la nouvelle lune.

"Les mosquées nous ont appelés hier jusqu'à 01H00 du matin, les imams étaient dans le désarroi" a expliqué M. Seddiki.

Face au dilemme, certaines mosquées ont suivi l'avis initial du CFCM, d'autres celui de l'Arabie Saoudite ou d'autres pays musulmans, tandis que d'autres restaient perdus.

"On est très perturbés, parce que les gens n'arrêtent pas de nous téléphoner, de nous demander si la mosquée maintient encore le jeûne ou pas... C'est pas facile de gérer tout ça", a réagi mardi matin le secrétaire général de la Grande Mosquée de Strasbourg, Mohamed Tahiri, interrogé par l'AFP.

"Une leçon"

Rima, 23 ans, avait commencé à jeûner mardi après "l'annonce à la télé et à la radio que ça commençait aujourd'hui". Au cours de la matinée, "c'était un peu la pagaille" et finalement la jeune femme a "attendu 13H00 et l'annonce de la mosquée de Paris pour le rompre". "ça m'étonne un peu qu'en 2013, on n'arrive toujours pas à trouver une date précise...", soupire cette jeune croyante.

L'initiative du CFCM de fixer les dates du ramadan en avance, en se basant sur des calculs astronomiques et non sur l'observation de la lune, était inédite, alors que traditionnellement, les fidèles suivent la position de leur pays d'origine ou d'un pays influent comme l'Arabie Saoudite ou le Qatar.

Mais la confusion engendrée jette du discrédit sur une instance censée représenter la communauté musulmane, mais très contestée.

"Cette décision a été prise d'en haut, ils ont voulu l'appliquer et le bas ne l'a pas voulu", a commenté Kamel Kabtane, recteur de la Grande Mosquée de Lyon. Pour Mamadou Daffé, imam de la mosquée du Mirail à Toulouse, "le fait pour le CFCM d'avoir pris cette décision-là à l'avance, sans qu'il y ait une confirmation ni une consultation, cela en a vexé plus d'un".

"Cela prouve une fois de plus l'échec du CFCM à fédérer les musulmans de France et à installer une certaine légitimité", a taclé Larbi Marchiche, recteur de la Grande Mosquée Mohammed VI de Saint-Etienne.

"C'est une leçon", a reconnu Dalil Boubakeur, interrogé par l'AFP. "Le CFCM devra être conscient de cette difficulté, que l'avis de la communauté compte autant que l'avis scientifique".

"L'année prochaine, nous nous y prendrons autrement", a-t-il poursuivi, expliquant que le CFCM devrait déployer "beaucoup de pédagogie".

En 2009, environ 70% des musulmans de France déclaraient observer le jeûne du ramadan, contre 60% il y a vingt ans, selon un sondage Ifop.

Le nombre des musulmans en France est généralement estimé à 5 millions de personnes. La France compte 2,1 millions de "musulmans déclarés" de 18 à 50 ans, selon l'Institut national des études démographiques (Ined) et l'Institut national de la statistique et des études économiques (INSEE).

Revenir en haut Aller en bas
 
pourquoi certains musulmans refusent les données astronomiques: le ramadan
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LIMADA ? :: liberté d 'expression ...la parole est à vous .-
Sauter vers: